Recevoir la newsletter

Magazine

#MeToo : « Les jeunes filles ne s’accommodent plus des violences »

{ element.images.0.titre }}

Auteure de Ce que nos filles ont à nous dire (éd. La Mer salée), l'enquête de Florence Pagneux fait suite à l’étude « Aux filles du temps » menée par l’association LadydeNantes.

Crédit photo Thomas Louapre
La première génération de jeunes filles post-#MeToo entend rompre avec une longue tradition de violences sexistes et sexuelles. Tel est le constat de la journaliste Florence Pagneux, dont le livre sur les 13 à 20 ans offre une plongée inédite dans la tête et le corps de ces femmes de demain.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Actualités Sociales Hebdomadaires

Je m'abonne

Déjà abonné ?

Auteur

  • propos recueillis par Éléonore de Vaumas

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15