Recevoir la newsletter

Magazine

Précarité : 4 millions de Français dans une situation préoccupante en raison de la crise (Crédoc)

{ element.images.0.titre }}

Photo d'illustration.

Crédit photo Thibaut Durand / Studio Hans Lucas via AFP
Pauvreté - Selon les résultats d’une enquête publiée le 11 octobre par le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc), la crise sanitaire et sociale liée à la Covid-19 a mené 8 % des Français vers la précarité. L'accès à l'emploi et le poids des charges financières constituent les principales difficultés rencontrées.

Actifs modestes, jeunes, chargés de famille. Les profils des personnes fragilisées par la crise sanitaire et sociale liée à la Covid-19 se précisent. D’après les résultats d’une enquête du Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) rendue publique le 11 octobre et réalisée en mai dernier, 8 % des Français de 15 ans et plus, soit 4 millions de personnes, ont basculé dans une situation préoccupante.

« Trois français sur dix indiquent se sentir en situation de vulnérabilité et un quart expliquent que la crise de la Covid-19 a beaucoup joué dans leur situation », indiquent les auteurs du document. Avec l’emploi et les charges financières pour causes principales.

Parmi les personnes considérées comme « nouveaux vulnérables », 47 % ont moins de 40 ans et 68 % sont des actifs en emploi ou au chômage. Dans 37 % des cas, les personnes concernées ont une famille à charge, contre 27 % de celles dites « non vulnérables ».

Régression du maintien en emploi

En matière d’emploi, 42 % de ces « nouveaux vulnérables » évoquent « de forts obstacles pour accéder à un travail ou s’y maintenir », 34 % sont en contrat à durée déterminée (CDD) et 14 % au chômage, contre 6 % des « non vulnérables ». A l’inverse, 41 % de ces derniers indiquent que la période n’a eu aucun impact sur leur vie professionnelle.

Du côté des charges financières, les principales difficultés se portent sur le paiement des charges d’électricité, des abonnements téléphoniques, des loyers ou des emprunts immobiliers.

Nécessité de l’accompagnement social

En matière d’accompagnement, l’étude rappelle l’importance d’une prise en charge précoce. Lorsqu’elles ont bénéficié d’aides financières exceptionnelles dans le cadre de la crise, « les personnes vulnérables sont 83 % à se sentir libres de vivre leur vie comme elles l’entendent ».

Durant la période, 22 % de la population a sollicité une aide et 17 % en a obtenu au moins une. Par ailleurs, un tiers des « nouveaux vulnérables » ont bénéficié d’aides, contre 13 % des « non vulnérables ».

Auteur

  • Flora Peille

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15