Recevoir la newsletter

Magazine

Editorial - Sublimer la condition

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo Armandine Penna

Les temps sont durs, l’actualité est molle, les journalistes se plaignent. Comment rédiger un édito en pareilles circonstances ? Il y a bien eu le Tour de France, dont nous pourrions dire bien des choses, en somme : vanter la beauté des paysages hexagonaux parcourus par ces mollets de coqs, non moins épilés qu’aérodynamiques, juchés sur des cycles à rayons qui donnent le tournis. Ou encore remercier le Covid car les non-partants des étapes ne sont plus positifs aux tests antidopage, mais aux tests PCR. Voire positifs à un très nouveau « dopage mécanique ». C’est pratique, la mécanique.

Côté travail social, rien de nouveau sous le soleil. La galère de l’été, la pénurie de personnels à laquelle nous avons consacré notre dernier dossier avant ce numéro, des professionnels qui continuent d’appeler à l’aide, dans un silence assourdissant. Reste le projet de loi sur le pouvoir d’achat, qui bouge encore dans la torpeur de la canicule, grâce à un débat très formel entre députés.

Avant de faire une pause estivale, la rédaction des ASH a choisi de consacrer sa dernière édition de juillet aux pratiques artistiques. Avec quelques incursions dans les arts visuels, mais surtout autour de la musique et de la danse. L’été n’est-il pas fait pour cela ? Les festivals fleurissent, les oreilles se hissent, les corps glissent.

Le sujet pourrait paraître léger : la culture, à l’aube des vacances. Pas du tout. Car au fil de nos rencontres et de nos échanges, force est de constater que les pratiques artistiques, en matière de travail social, permettent surtout aux professionnels d’échapper à leur condition, de grappiller un peu de liberté dans un monde économico-social qui les contraint. Parce qu’au nom de l’inclusion, très tendance, des budgets sont alloués, une brèche s'ouvre, et l'occasion est belle d’agir sans injonction comptable. Oui, les politiques publiques s’inclinent, parfois, et dénouent les cordons de leurs bourses pour s’offrir une bonne conscience.

Et faire mine de laisser accéder à l’art un public fragilisé par notre société, handicapé par des logiques normatives.

Le propos d’Isabelle Ginot, chercheuse engagée à qui nous consacrons dans ce numéro un entretien de quatre pages mené par Meriel Kenley à La Manufacture – Haute école des arts de la scène de Lausanne - est à ce titre d’un réalisme confondant : « Le monde des “normaux”, estime-t-elle, s’offre la générosité et la gloire d’essayer de faire une place aux autres, les “anormaux”, comme si cette place n’était pas un droit pour eux. Ainsi, on continue à occulter la violence initiale : s’il faut inclure ces personnes, c’est parce que nous avons fait un monde où certains se voient non seulement marginalisés, mais aussi supposés de valeur différente, en tant qu’humains. » No comment.

Auteur

  • Lou Dantin

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15