Menu
S'identifier
Exclusions - Précarité

Violences, hébergement : des difficultés accrues pour les personnes trans en période de confinement


Publié le : 21.04.2020 I Dernière Mise à jour : 21.04.2020
{ element.images.0.titre }}
Manifestation à Paris pour le respect des droits des personnes transcendes et LGBTQ+ I Crédit photo Kenji-Baptiste OIKAWA/Creative Commons

Auteur

  • Maïa Courtois

En temps de confinement, les violences transphobes s’accroissent, en particulier à l’intérieur du foyer familial, selon les associations spécialisées. Mais leur prise en charge et les places d’hébergement d’urgence pour les personnes trans sont insuffisantes. Le 17 avril, le gouvernement a rejeté trois amendements visant à renforcer ces dispositifs pour les jeunes LGBT+.

Une vingtaine de députés ont adressé, le 9 avril, un courrier à Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, afin de l’alerter sur la situation « particulièrement préoccupante » des jeunes LGBT+. En raison du confinement, ces derniers (parmi lesquels les hommes et femmes trans) « sont surexposés aux violences, aux situations de rupture familiale et au risque de suicide », écrivent les députés. Pour Giovanna Rincon, directrice de l’association Acceptess-T et elle-même femme trans, les personnes trans « multiplient les facteurs de discrimination » : un certain nombre d’entre elles sont migrantes et/ou travailleuses du sexe (TDS). Le contexte sanitaire aggrave leur précarité et les stigmatise.

Un cas l’illustre parfaitement : celui d’une Péruvienne trans, TDS et sans papiers, hébergée par un tiers à Colombes (Hauts-de-Seine). « Les voisins du bâtiment se sont réunis pour demander à l’hébergeuse de l’expulser. J’ai dû intervenir par téléphone pour leur expliquer l’urgence humanitaire », raconte Giovanna Rincon. La responsable associative témoigne aussi d’un récent contrôle policier alors qu’elle se trouvait avec deux personnes trans devant le local d’Acceptess-T, à Paris : « J’ai vu la camionnette de police passer, puis faire demi-tour. Quatre policiers en sont descendus pour venir directement vers nous. Ils ont pensé que c’était un lieu de prostitution… Les publics perçus comme “dangereux” pour la santé publique sont ciblés : cette incitation au stigmate peut devenir très violente. »

Dédier des nuitées aux jeunes LGBT+

Les violences intrafamiliales s’exercent, quant à elles, sur de jeunes adultes trans ou prennent la forme de violences conjugales. Ces situations sont plus nombreuses et plus concentrées qu’auparavant, estime Giovanna Rincon. L’enjeu de l’hébergement n’en est que plus fort. « Des personnes trans qui s’étaient réfugiées pour dormir au bois de Boulogne ont été chassées par la police. Les hôtels ont fermé. Il nous a fallu trouver des hébergements solidaires », explique Giovanna Rincon. Les députés signataires du courrier adressé à Marlène Schiappa jugent que les services du 115 « ne sont pas un dispositif adéquat » pour les jeunes LGBT+ : ils ne sont pas tous sans abri et nécessitent, en outre, « une prise en charge similaire aux femmes victimes de violences conjugales et intrafamiliales ».

Les élus demandent à « flécher une portion » des 20 000 nuitées d’hôtel destinées aux victimes de violences conjugales « vers des jeunes LGBT+ victimes de violences intrafamiliales ». Voire à augmenter leur nombre afin d’y intégrer ce public. Les plateformes en ligne ainsi que les actions de prévention dans les pharmacies ou les centres commerciaux pourraient également être élargies. Interrogé sur les mesures à prendre pour les personnes trans, le secrétariat d’Etat de Marlène Schiappa indique ne pouvoir répondre à notre demande. Le 17 avril, trois amendements visant à débloquer 120 000 € pour l’hébergement d’urgence d’une centaine de jeunes LGBT+, déposés dans le cadre du projet de loi de finances rectificatives pour 2020, ont été rejetés par le gouvernement.

 


SANTÉ SEXUELLE

Les personnes trans sont « parmi les plus éloignées du système de santé et d’accès aux droits », rappelle Giovanna Rincon. A l’heure actuelle, la continuité des soins (traitements hormonaux, initiation de transition, VIH…) est paralysée. L’équipe de médiatrices d’Acceptess-T oriente les personnes vers les médecins ou les pharmacies à même de répondre aux besoins. Ainsi, récemment, une femme trans migrante a été dirigée vers un médecin infectiologue à Nancy : « Elle était depuis deux mois en France et allait se retrouver en rupture de soins pour le VIH », précise Giovanna Rincon. Les personnes trans sans papiers se voient particulièrement exclues. « Ce qui pénalise le plus les personnes face au Covid, c’est leur vulnérabilité sociale », résume la directrice d’Acceptess-T. Selon elle, la sortie du confinement devra être l’occasion de « reconfigurer la prise en charge de la santé sexuelle » et de rappeler que « le soin social n’est pas à dissocier du soin clinique ».

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format