Recevoir la newsletter

Magazine

Morts dans la rue : encore 620 personnes recensées cette année

{ element.images.0.titre }}

Sur l'année 2021, le collectif Les morts de la rue dénombre 620 décès de personnes sans domicile en France.

Crédit photo Maeva Destombes / Hans Lucas / AFP
620, c'est le nombre de personnes sans domicile décédées dans la rue – parmi lesquelles des enfants – en 2021, selon le rapport annuel du collectif Les morts de la rue. Un nombre qui augmente régulièrement depuis dix ans.

Publiée le 27 octobre, la 10e édition du rapport annuel Dénombrer et décrire du collectif Les morts de la rue (CMDR) fait état de 620 personnes sans domicile fixe décédées.  « Leur nombre a augmenté régulièrement de 2002 à 2016 avant de se stabiliser. Mais depuis 2020, ce chiffre repart à la hausse », souligne le collectif. Et de spécifier que le phénomène est probablement sous-évalué, « une part non négligeable des décès échappe à [notre] surveillance ».

Beaucoup de morts violentes
Agés en moyenne de 48 ans, 38 % des personnes vivaient dans la rue et 21 % étaient hébergées. Environ 43 % avaient connu l’errance durant au moins une année. Les décès surviennent fréquemment dans des espaces publics. Si les causes restent difficiles à établir, la maladie ne semble pas constituer le premier facteur de mortalité. « Au moins 70 % des personnes sans chez-soi âgées de 15 à 34 ans sont décédées de morts violentes […] et cela concerne au moins 28 % des 35-54 ans », indique le rapport.

Des enfants également touchés

Les mineurs ne sont pas épargnés. Entre 2012 et 2021, 126 disparitions d’enfants sont dénombrées. Agés en moyenne de 7 ans, un peu plus de la moitié d’entre eux était née à l’étranger et 62 % de parents étrangers. La majeure partie vivait en famille (71 %) et 17 % étaient isolés. Les décès surviennent majoritairement en Ile-de-France et dans les Hauts-de-France : 41 % à l’hôpital, 27 % dans des lieux publics, 17 % dans un abri ou un campement et 7 % dans une structure d’hébergement d’urgence. La noyade, les accidents de la circulation, les incendies, les suicides et les agressions en constituent les principales causes. Parmi ces morts de la rue, la proportion de jeunes de 18 à 25 ans est également en augmentation ces dix dernières années.

 

Retrouvez l'intégralité du rapport ici.

 

Auteur

  • La rédaction

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15