Recevoir la newsletter

Magazine

Isolement : 530 000 personnes âgées en situation de « mort sociale », selon les Petits Frères des Pauvres

{ element.images.0.titre }}

Un viel homme confiné regarde par sa fenêtre (photo d’illustration).

Crédit photo Arié Botbol / Studio Hans Lucas via AFP
Solitude - Selon le second baromètre des Petits Frères des pauvres « Solitude et isolement quand on a plus de 60 ans en France en 2021 », publié ce jeudi 30 septembre, 530 000 personnes âgées de 60 ans et plus ne rencontrent jamais ou quasiment jamais personne. Soit presque deux fois plus qu’en 2017.

La pandémie n’a pas eu que des conséquences sanitaires. Elle a aussi isolé. Tout le monde a vu ses relations sociales se raréfier. Et les principales victimes ont été les personnes âgées. C’est ce que démontre la seconde édition du baromètre « Solitude et isolement quand on a plus de 60 ans en France en 2021 » des Petits Frères des pauvres. Selon ce rapport publié jeudi 30 septembre, 530 000 aînés sont exclus des quatre principaux cercles sociaux que constituent la famille, les amis, les voisins et les associations. Une  situation de « mort sociale », selon l’association.

Un chiffre en hausse de 77 % par rapport au baromètre de  2017 et qui représente 3 % de la population française des 60 ans et plus, soit l’équivalent des habitants de Lyon (troisième ville de France) ou d’un département comme la Côte-d’Or.

Autre constat : le nombre de personnes âgées isolées des réseaux familiaux et amicaux a plus que doublé, passant de 900 000 il y a quatre ans à 2 millions actuellement. Ainsi, plus de 40 % des aînés (versus 28 % en 2017) n’ont presque pas vu d’amis au cours de l’année, et plus de 28 % (contre 22 % en 2017) n’ont eu que de rares contacts – voire aucun – avec un membre de leur famille. Résultat, « le sentiment de solitude est de plus en plus prégnant et atteint son plus haut niveau depuis la première mesure de 2017, avec 14 % des personnes de 60 ans et plus (soit 2,5 millions de personnes) qui l’éprouvent quotidiennement ou régulièrement ».

Vieillir à domicile sans aide

Le rapport révèle aussi « la volonté farouche » des personnes âgées de vieillir chez elles. C’est le cas de 44 % (soit une hausse de cinq points) des 60 ans et plus, et de près d’une personne sur deux âgées de plus de 85 ans. Mais paradoxalement, les aides à la vie quotidienne à domicile sont moins plébiscitées  (43 % en 2021, contre 45 % en 2017). Une situation « plus drastique pour les personnes du grand âge, puisqu’elles sont seulement 36 % à souhaiter des aides au maintien à domicile (versus 44 % en 2017) ». Déni de ses fragilités, peur de la dépendance ? Le rapport n'apporte pas de réponses.

Il souligne, toutefois, que les Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) voient leur image s'écorner en raison de  « la  crise sanitaire, qui a montré les difficultés à conjuguer préservation de la santé des résidents et respect de la citoyenneté ».

« Urgence » face à la transition démographique

L’association rappelle « l’urgence d’apporter des réponses durables concernant le financement des aides à l'autonomie et de faire de la lutte contre l’isolement des personnes âgées un axe majeur dans la construction des politiques publiques de prévention de la perte d’autonomie ». Pour Alain Villez, président des Petits Frères des pauvres, « aucune réforme déterminante répondant parfaitement aux enjeux n’a été mise en œuvre. L’abandon de la loi “grand âge et autonomie est une profonde désillusion face aux immenses enjeux de la transition démographique ».

Dans ce contexte, les Petits frères des pauvres préconisent d’inclure la variable de l’isolement relationnel dans les processus d’évaluation de la perte d’autonomie, de s’appuyer sur les acteurs de proximité et de les soutenir dans la construction des politiques de lutte contre l’âgisme. Autre recommandation : sensibiliser les plus jeunes au vieillissement et à ses enjeux.

Auteur

  • Maxime Ricard

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15