Menu
S'identifier
Dépendance - Handicap

Coronavirus : les professionnels face au retour à domicile des premiers patients guéris


Publié le : 09.04.2020 I Dernière Mise à jour : 10.04.2020
{ element.images.0.titre }}
Photo d'illustration I Crédit photo DR

Auteur

  • Sophie Massieu

Accompagnées par des services à domicile ou vivant en établissement, les premières personnes âgées ou handicapées ayant vaincu le Covid-19 sortent des hôpitaux. Pour les accueillir, les professionnels changent quelques-unes de leurs habitudes. Et coopèrent efficacement avec le secteur sanitaire.

 

Les habitudes ont changé. Sitôt franchie la porte du domicile, les intervenantes du service de soins infirmiers à domicile (Ssiad) de l’Association pour l’accompagnement et le maintien à domicile (Apamad, réseau APA), dans le Haut-Rhin, procèdent à une « évaluation du risque épidémique », en posant à la personne âgée visitée quelques questions à distance : par exemple, a-t-elle chaud ou tousse-t-elle? Autant de façons de s’assurer qu’il n’y a pas de symptômes d’une rechute après une hospitalisation pour Covid-19. Et ainsi éviter toute contagion.

Progressivement, en petit nombre encore, des personnes âgées ou handicapées regagnent en effet leur domicile, après avoir été guéries du coronavirus. Dès lors, des précautions s’imposent. « Dans le doute, nous appliquons pendant quinze jours après la sortie les mesures de protection », explique la directrice adjointe du service, Sophie Streicher. Le tout en veillant à ne pas altérer le lien entre soignant et patient, et, dit-elle, en se montrant très économes en masques, en blouses… « On a tout compté, pièce par pièce, en fonction du nombre de personnes suivies. On a réussi à ne pas affronter de pénurie. » Les quinze jours passés, la fin du confinement est actée et mise par écrit, pour que l’ensemble des intervenants dispose de l’information.

Appeler les résidents isolés

Sophie Streicher se réjouit que les personnes accompagnées par son service aient plutôt  été épargnées. Pour l’heure, quatre ou cinq personnes de retour d’hospitalisation sont suivies, pour un service qui compte près de 250 places. Dans l’Oise, l’un des premiers clusters de l’épidémie, Christophe Houdet, directeur général de l’ADMR (Aide à domicile en milieu rural) du département, explique quant à lui que ses personnels interviennent chez 14 personnes dans cette situation, âgées majoritairement de plus de 75 ans, et parfois de plus de 90 ans.

Il se réjouit que la transmission d’un protocole de suivi avec l’hôpital se passe dans de bonnes conditions. « Pour limiter les risques, nous diminuons le nombre d’intervenants, et seuls des personnels précisément formés au sujet sont sollicités. » Des responsables de secteur veillent à la bonne compréhension et transmission des consignes sanitaires par les équipes afin de garantir la sécurité des personnels ainsi que des personnes âgées accompagnées.

A défaut de pouvoir se déplacer au domicile autant qu’ils le souhaiteraient, les professionnels appellent les résidents isolés. Ils  sont également davantage sollicités par les familles pour obtenir des nouvelles régulières de leurs proches.

Des relais efficaces

Parfois, en particulier pour les personnes handicapées, rentrer chez soi après avoir été guéri du Covid-19 consiste à regagner son établissement, son foyer de vie, sa maison d’accueil spécialisé, etc. Ainsi, au 8 avril, l’AEIM (Adultes et enfants inadaptés mentaux) de Meurthe-et-Moselle a accueilli trois résidents à la sortie de leur hospitalisation. « Les transmissions et relations intersectorielles, entre l’hôpital et l’établissement, sont, jusqu’à présent, très efficaces, observe Rachel Rampont, directrice du pôle « santé » des établissements de tout le département. Les hôpitaux ne renvoient pas les malades sans s’assurer qu’ils seront accueillis dans de bonnes conditions. » En amont, l’hôpital transmet à l’établissement une date de retour et lui remet, dès l’arrivée du résident, les informations sur la date de fin d’isolement et sur les soins – pour l’heure, uniquement du paracétamol, à administrer aux résidents déjà revenus.

Cette association départementale, membre de l’Unapei, a choisi de modifier temporairement son organisation interne et de faire intervenir Delphine Sauvage, médecin coordonnateur. Et ce, y compris dans les établissements comme les foyers Esat (établissements et services d’aide par le travail), qui ne comptent pas, hors temps d’épidémie, parmi ses champs de compétence. Son rôle ? « Je fais le pont entre le secteur sanitaire, l’établissement et le médecin traitant, pour que personne n’ait rien à réinventer. » Autre changement : une infirmière a aussi été désignée pour intervenir dans l’établissement qui a accueilli les premiers patients de retour.

Enfin, souligne Rachel Rampont, à côté du lien avec les familles, il faut souvent, pour les personnes déficientes mentales, réexpliquer le confinement ou les raisons de l’hospitalisation. « Il y a eu une perte de repères, le temps de l’hospitalisation. Il faut trouver les outils adaptés, des pictogrammes par exemple, pour une bonne compréhension de la situation. »

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format