Recevoir la newsletter

Magazine

Inceste : à Nantes, la parole des victimes se libère. Et après ?

{ element.images.0.titre }}

Réunion de lancement de la Ciivise, le 11 mars 2021.

Crédit photo Secrétariat d'Etat à la protection de l'enfance
Inceste - Mise en place le 11 mars dernier, la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) a entamé à Nantes, le 20 octobre, son tour de France des villes régionales. Objectif ? Populariser l’appel à témoignages pour formuler des recommandations en faveur d’une meilleure prise en charge des victimes.

La voix chevrotante, Zora (1), la quarantaine, raconte l’enfer qu’elle vit depuis qu’elle a révélé les abus que son père adoptif lui a fait subir. Jacques, 55 ans, violé par son frère pendant une partie de sa jeunesse, décrit l’errance dans laquelle il est plongé face à des services de police soupçonneux. Puis vient le tour de Nadine, cinquantenaire, qui égrène la liste des séquelles physiques dont elle souffre après le viol commis par son père.

A Nantes, lors de la première rencontre publique organisée par la commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise), mercredi 20 octobre, les mains n’ont cessé de se lever pour raconter l’indicible de l’inceste. Et, chaque fois, le même triste constat des problématiques rencontrées sur le terrain : difficultés à être entendu par les services de police ou de gendarmerie, lenteurs de la justice (70 % de ces affaires sont classées sans suite), soins d’aide aux victimes inadaptés et trop coûteux, etc.

Milliers de témoignages

Ces témoignages ne sont pourtant qu’un infime échantillon des 4 200 comptabilisés par la commission depuis le lancement de l’appel à témoignages le 21 septembre dernier. Pour autant, Nathalie Mathieu, coprésidente et directrice générale de l’association Docteurs Bru (2), n’est pas dupe : « Ça ne nous surprend pas parce que nous savons que ces violences sexuelles sont massives. La seule incertitude que nous avions était de savoir si notre appel à témoins allait rencontrer un écho. »

Un écho d’autant plus important que le vécu des victimes doit permettre à la commission, créée en mars 2021 à la suite de la parution du livre de Camille Kouchner La Familia Grande, de formuler des recommandations pour améliorer la protection des enfants contre ces violences. « Il faut voir la Ciivise comme un espace de paroles inédit ouvert aux victimes, appuie Edouard Durand, magistrat, expert de la protection de l’enfance et coprésident de la commission. Une mission qui s’avère essentielle parce que, jusqu’à présent, cette parole était diffuse et souterraine et nous ne lui apportions pas la considération qu’elle méritait. »

Parmi les axes d’amélioration que s’est fixée la Ciivise, la nécessité d’assurer aux enfants victimes la présence d’adultes en capacité d’entendre et de détecter les signes, surtout chez les tout-petits, qui n’ont pas les mots pour décrire ce qui leur arrive. « Tous ceux qui témoignent nous disent leur peur de ne pas être crus, s’indigne Nathalie Mathieu. C’est important qu’ils soient accueillis, écoutés et entendus, quelle que soit la violence dont ils ont été victimes. »

Ainsi, pour la coprésidente, il s’agit de revoir la formation des policiers à l’accueil des victimes et au dépôt de plainte, mais aussi celle des professionnels de santé, qui sont encore nombreux à proposer des soins inadaptés aux besoins des victimes. En cours de préparation, une vidéo de formation destinée à tous les professionnels de l’enfance sera d’ailleurs disponible dès 2022. Dans les Pays de la Loire, un centre de psychotraumatologie spécialisé dans la prise en charge des violences sexuelles doit également voir le jour dans le courant de l’année prochaine.

Protéger les mères

La commission n’attendra pas la fin de ses travaux en 2023 pour  formuler régulièrement des recommandations. Dès la semaine prochaine, elle devrait se prononcer en faveur de la nécessaire protection des mères qui dénoncent les actes incestueux émanant du père de l’enfant. « Elles sont trop souvent accusées d’aliénation parentale, notamment dans le cadre d’un divorce conflictuel. C’est un scandale, s’offusque Edouard Durand. Il faut absolument déconstruire les stratégies d’impunité des agresseurs qui renversent la culpabilité sur ces mères qui ne font que protéger leur enfant. »

En attendant la « culture de protection » souhaitée par la commission, le recueil des témoignages se poursuit et durera encore pendant deux ans, par le biais de la plateforme dédiée (www.ciivise.fr). A l’autre bout du fil, deux associations : SOS Kriz et le Collectif féministe contre le viol (CFCV), toutes deux dotées d’écoutants spécialement formés au recueil des récits et à l’orientation des victimes. Ceux qui le souhaitent auront également la possibilité d’être auditionnés par les membres de la commission. Une proposition que ces derniers ne manqueront pas de renouveler à Bordeaux, lieu de la prochaine réunion publique qui se tiendra le 19 novembre prochain.

 


(1) Le prénom a été modifié.

(2) Association qui accueille dans une maison spécialisée des jeunes filles victimes d’inceste - www.associationdocteursbru.org.

Auteur

  • Eléonore de Vaumas

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15