Recevoir la newsletter

Magazine

Psychiatrie : 20 recommandations pour améliorer le parcours de soin

{ element.images.0.titre }}

Le Cese formule 20 recommandations pour améliorer le parcours de soin en psychiatrie.

Crédit photo Loïc Venance / AFP
A l’occasion de sa séance plénière du 24 mars, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté à l’unanimité l’avis « Améliorer le parcours de soin en psychiatrie », dans lequel il est préconisé de mieux articuler les secteurs sanitaire, social et médico-social.

« En France [avant la crise sanitaire, ndlr], une personne sur cinq souffre de troubles psychiques. Plus d’un quart de la population consomme des anxiolytiques, des antidépresseurs, des somnifères. La maladie psychiatrique est la première cause d’invalidité et le deuxième motif d’arrêt de travail. Si 80 % des patients sont traités en ambulatoire, plus de 420 000 personnes sont hospitalisées chaque année, dont 82 000 sans leur consentement. Aucune catégorie de la population n’échappe à ces maladies, dont la prévalence s’accroît chez les jeunes… » Ces données ont été énoncées ce mercredi 24 mars par Alain Dru, membre du groupe CGT au Cese (Conseil économique, social et environnemental), lors de la présentation de l’avis « Améliorer le parcours de soin en psychiatrie », adopté à l’unanimité.

Le Conseil formule 20 recommandations autour de trois objectifs : améliorer la connaissance et la représentation de la santé mentale ; favoriser une entrée plus précoce dans le soin ; renforcer la coordination médicale et médico-sociale afin d’assurer l’accompagnement des patients et de leurs familles. L’une des préconisations vise à conduire des campagnes d’information et de sensibilisation sur la santé mentale pour mettre en avant la variété des troubles, leurs causes, leur prévalence, les professionnels à consulter et les traitements possibles.

« Il est difficile de convaincre la population que les maladies psychiatriques sont des maladies comme les autres et que les personnes qui en souffrent sont surtout dangereuses pour elles-mêmes, observe Alain Dru, corapporteur de cet avis. Notre projet est donc de construire des campagnes d’information à destination du grand public ou de publics cibles, à l’exemple de ce qui a été mis en place pour le sida, l’alcool ou le tabac. »

« Former des secouristes en santé mentale »

Au-delà de la déstigmatisation, le Conseil entend accroître le niveau de connaissance sur la santé mentale de la population. « Nous estimons nécessaire de renforcer les formations aux premiers secours en santé mentale, avance Anne Gautier, corapporteure et membre du groupe “Agriculture”. De la même manière que l’on apprend les gestes qui sauvent dans une situation d’urgence, il est possible d’apprendre à détecter, orienter quand un trouble mental s’installe. Il s’agit en réalité de former des secouristes en santé mentale. »

Des espaces de rencontre pour les aidants

Le Cese se penche aussi sur la question des aidants. En France, 4,5 millions de personnes sont concernées par la pathologie d’un proche. Pour elles aussi, la maladie a des répercussions considérables. Elles subissent de plein fouet les parcours trop complexes et sont trop souvent amenées à endosser un rôle qui ne devrait pas être le leur. « Nous tirons donc un signal d’alarme. Les proches aidants sont soumis à une tension extrême, au point que trop souvent leur propre santé est en danger, déplore encore Anne Gautier. Au-delà du simple soutien au moment de l’annonce de la pathologie, nous proposons de favoriser la création d’espaces de rencontre dédiés et de groupes support. De plus, nous jugeons indispensable de mieux les associer aux prises de décision. »

Instauration d’un référent de parcours

Le Cese recommande également d’instaurer de « nouveaux partenariats, fondés sur les principes de “l’aller vers”, associant la psychiatrie de secteur aux structures des champs sanitaire, social et  médico-social pour favoriser le repérage et l’entrée dans un parcours de soin coordonné et recruter dans chaque secteur un poste d’infirmier ou de psychologue en charge des partenariats » (préconisation n° 8). Pour ce faire, lesdits secteurs doivent « construire une mission de référent de parcours, confiée à des professionnels du soin ou du travail social chargés de coordonner et d’articuler les différentes prises en charge ».

Mieux évaluer les troubles chez la personne âgée

Enfin, le Conseil souhaite renforcer la place de la psychiatrie dans l’accompagnement de la personne âgée. « Le vieillissement de la population s’accompagne en effet d’une augmentation de la prévalence des pathologies liées à l’âge, parmi lesquelles celles qui relèvent de la santé mentale occupent une place importante », explique Anne Gautier. Si la maladie d’Alzheimer est régulièrement citée, d’autres troubles frappent plus spécialement le sujet âgé, comme la dépression, trop souvent sous-diagnostiquée et non traitée. « Nous insistons sur la nécessité d’une évaluation, mais aussi d’une prise en charge globale et multidisciplinaire », stipule Anne Gautier.

 

Auteur

  • Maxime Ricard

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15