Recevoir la newsletter

Magazine

Les personnes en situation de handicap encore trop éloignées de l’emploi

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo Philippe Huguen - AFP
Alors que la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), coorganisée par Ladapt, l’Agefiph et le FIPHFP, s’ouvre aujourd’hui, 14 novembre, cette 26ème édition reste marquée par un chômage de longue durée important et un taux d’activité deux fois plus faible que celui de la population générale.

Massivement au chômage et de plus en plus enclins à abandonner l’idée même d’un retour à l’emploi, les personnes en situation de handicap restent deux fois plus « sur la touche » que la population générale. Alors que s’ouvre aujourd’hui, 14 novembre, la 26e édition de la Semaine européenne pour l’emploi des personnes handicapées (SEEPH), coorganisée par Ladapt (Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées), l’Agefiph (Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées) et le FIPHFP (Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique), la question du chômage de longue durée, voire de l’exclusion du monde du travail des personnes en situation de handicap demeure alarmante.

Chiffres préoccupants

L’association APF France handicap a profité de cette actualité pour sortir une enquête, « Les exclus de l’emploi en situation de handicap, angle mort des politiques publiques du plein emploi », qui livre des chiffres préoccupants (juin 2022). Si le chômage global des personnes en situation de handicap poursuit une certaine diminution depuis 2021, les demandeurs d’emploi bénéficiaires de l’obligation d’emploi représentent encore plus de 460 000 personnes, soit le double que dans la population active globale. Parmi ces personnes inscrites à Pôle emploi, 59% sont même des chômeurs de longue durée. Un taux là encore supérieur de 11 points à celui du reste de la population. Lorsque les personnes en situation de handicap sont au chômage, leurs perspectives de retour sur le marché de travail sont très minces.

La faiblesse du taux d’activité des travailleurs handicapés permet aussi de mesurer cet éloignement de l’emploi : il était de 36% en 2020 contre 65% pour l’ensemble de la population. Des statistiques n’ayant pas bougé depuis quinze ans. Face à une situation qui peut sembler sans issue, un nombre grandissant de demandeurs d’emploi en situation de handicap se disent « découragés » et se retirent peu à peu du monde du travail. Cet abandon explique en partie leur surreprésentation au sein des bénéficiaires des minimas sociaux.

Faible niveau de qualification initiale

Cette double peine du handicap et du chômage se superpose par ailleurs à toute une série de fragilités en termes de parcours professionnel : faible niveau de qualification initiale, carrières hachées, importance du temps partiel, forte proportion de demandeurs d’emploi âgés de plus de 50 ans…

APF France handicap donne également quelques pistes pour favoriser leur retour effectif à l’emploi, telles que le soutien des politiques publiques aux expérimentations déjà en place (CDD Tremplin, Territoires zéro chômeur de longue durée, emploi accompagné, reconnaissance des acquis de l’expériences, etc), une meilleure place du handicap au sein des dispositifs d’insertion par l’activité économique ou encore un cumul plus facile des revenus d’activité et de l’Allocation adulte handicapé (AAH).

Auteur

  • Laurence Ubrich

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15