Menu
S'identifier
Protection sociale - Santé

Coronavirus en outre-mer : un palier a-t-il été atteint ?


Publié le : 20.04.2020 I Dernière Mise à jour : 21.04.2020
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo

Auteur

  • Maxime Ricard

En dehors de Mayotte, le nombre de nouveaux cas de coronavirus recensés quotidiennement a nettement diminué en outre-mer. Plusieurs territoires n’ont d’ailleurs recensé aucune contamination ces derniers jours, laissant penser que la situation s’est stabilisée.

La France est confinée depuis le 17 mars. Il y a une semaine, Emmanuel Macron annonçait son prolongement et indiquait une première date butoir. A partir du 11 mai, de nombreux Français auront à nouveau la possibilité de sortir de chez eux sans attestation. Mais ça ne sera pas le cas pour tout le monde. Il est en revanche un territoire français qui verra ce confinement atténué avant le 11 mai : la Nouvelle-Calédonie. En effet, l’Etat et le gouvernement local ont annoncé, mercredi 15 avril, que les mesures de confinement strictes seront assouplies à partir de ce lundi. Et ce pour deux semaines (jusqu’au 3 mai et une réévaluation de la situation sanitaire).

L’une des raisons de cette particularité étant qu’aucun nouveau cas de Covid-19 n'a été détecté depuis 12 jours sur ce territoire ultramarin. Au total, 18 cas de la maladie, tous importés, ont été recensés dans cet archipel du Pacifique sud, où un confinement général est en place depuis le 24 mars. Concrètement, les habitants auront à nouveau la liberté d’aller et venir, de se rendre sur la plage, d’aller à l’école ou au travail tout en continuant à respecter les gestes-barrières.

La Nouvelle-Calédonie n’est pas le seul territoire ultramarin à assouplir le confinement. Ainsi, à Saint-Barthélemy, depuis jeudi dernier, la baignade est à nouveau autorisée. Les habitants de cette île des Antilles (6 cas de Covid-19) peuvent désormais aller nager une heure, à condition de cocher la case « activité physique » de leur attestation dérogatoire. En revanche, cette mesure n’a pas été prise pour Saint-Martin, qui compte 35 cas confirmés de Covid-19 (dont deux décès) depuis le début de la crise. A noter enfin que l'archipel de Wallis-et-Futuna est toujours le seul territoire français habité à ne pas être touché par le Covid-19. Dès lors, les vols entre les deux îles vont pouvoir reprendre et les élèves retourner à l’école dès ce lundi.

« Positifs »

Ces territoires ultramarins commencent à voir le bout du tunnel. Et de manière générale, excepté à Mayotte, les statistiques le montrent : le nombre de cas de coronavirus dans les outre-mer progresse moins vite. De quoi faire dire à la ministre Annick Girardin, le 10 avril : « Rien n'est gagné mais nous avons aujourd'hui quelques raisons d'être positifs. » Par exemple, au 16 avril, la Guadeloupe comptait 145 cas cumulés de coronavirus (dont 11 décès et 68 guérisons), sans nouveau cas positif depuis plusieurs jours. Toutefois, selon l'agence régionale de santé (ARS), « la surveillance épidémiologique en ville montre que le virus circule très probablement ».  En conséquence, « un élargissement des tests est mis en place afin de contrôler le niveau de circulation effectif ». En Martinique, actuellement en stade 3, il y 159 cas confirmés par le CHU dont 17 personnes hospitalisées en réanimation. A noter aussi que 8 décès sont à déplorer depuis le début de l'épidémie et 3 décès suspects ont été signalés.

En Guyane, le point épidémiologique du 16 avril indique qu'il n'y a qu'un seul nouveau cas confirmé de Covid-19. Au total, on recense 96 personnes infectées (dont 42 cas importés et 54 autochtones), 61 guéries, 10 hospitalisées dont une en réanimation. Selon l’ARS locale, « le rythme de progression [nombre cumulé de cas] a nettement ralenti durant les deux dernières semaines par rapport aux précédentes. […] La fréquentation des services d’urgence pour suspicion de Covid-19 n’a pas excédé 7 cas quotidiens début avril, pour diminuer à 1 à 2 cas quotidiens actuellement, représentant moins de 2 % de l’activité de ces services. » Au 16 avril toujours, la préfecture et l’ARS de La Réunion ont annoncé 4 nouveaux cas de coronavirus sur l’île (aucun la veille) pour un total de 394 cas depuis l’apparition du premier cas le 11 mars. Enfin, en Polynésie française, on dénombre 55 cas confirmés de Covid-19. Mais le gouvernement local indique que le territoire vient « de franchir une nouvelle étape ». Ce qui nécessite une adaptation avec le passage au stade supérieur, à savoir « la phase 3 qui consiste à combattre la propagation de l’épidémie par tous les moyens ».

Mais, globalement, en outre-mer, pour Daniel Dalin, président du Créfom (Conseil représentatif des Français d'outre-mer), « il semblerait qu'un palier ait été atteint ». « Alors que l'inquiétude était vive au début de la crise, la situation semble digérée dans les territoires ultramarins, hormis Mayotte », poursuit-il, estimant que ces statistiques, stabilisées ou en baisse, sont les conséquences du confinement. « Si vous voulez casser l'avancée du coronavirus, il faut confiner. Nos compatriotes d'outre-mer l'ont compris. Normalement, à Pâques de grandes fêtes sont organisées, les métropolitains viennent en vacances. Cette année, il n'en a rien été. Les populations ont respecté le confinement. Ce qui fait qu'à ce jour le virus n'a pas tant progressé que l'on aurait pu le craindre ».

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format