Recevoir la newsletter

Magazine

Lutte contre la pauvreté : des mesures gouvernementales inadaptées en temps de crise

{ element.images.0.titre }}

Le comité d’évaluation de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté adapte ses recommandations au contexte de la crise sociale liée à la Covid-19.

Crédit photo Adrien Nowak / Hans Lucas via AFP
Dans son rapport publié le vendredi 2 avril, le comité d’évaluation de la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté adapte ses recommandations au contexte de la crise sociale liée à la Covid-19. Revenu universel d’activité, soutien aux jeunes majeurs et garantie des droits pour tous en sont les fers de lance.

Piloté par France stratégie, le comité d’évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté a rendu public, vendredi 2 avril, son rapport 2021. Sans surprise, l’attention se porte sur les conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire liée à la Covid-19, même si l’évolution du taux de précarité entre 2019 et 2020 ne sera connue qu’à la mi-2022. Toutefois, le risque de basculement vers la précarité des personnes concernées par les mesures de soutien mises en place par le gouvernement lorsque celles-ci prendront fin appelle à la vigilance. Des actions sont à mener, « sans pour autant négliger les personnes qui étaient déjà et souvent durablement en situation de pauvreté avant la crise », soulignent les auteurs.

Pour rappel, en 2018, lors de la mise en place de la stratégie nationale, 9,1 millions de personnes vivaient déjà sous le seuil de pauvreté, selon l’Insee (Institut nationale de la statistique et des études économiques).

Pour affronter la situation, le comité formule des recommandations précises : la concertation sur le revenu universel d’activité (RUA) doit être remise sur la table et le soutien aux jeunes majeurs en difficulté, garanti. Pour ce faire, en ce qui concerne les 18-24 ans, l’expérimentation sans délai d’une prestation monétaire est préconisée. Elle vise à éclairer, de manière concrète, la décision publique sur sa pertinence.

Renforcer la prise en compte des jeunes

« La crise sanitaire a souligné les limites, pour les étudiants, les jeunes en recherche d’emploi et les jeunes en emploi les plus démunis, du système actuel reposant sur l’aide parentale et sur des revenus d’appoint tirés de petits boulots », indique le rapport.

Concrètement, il s’agirait d’une prestation nationale ou d’un revenu de base versé à l’échelle départementale, selon les volontés politiques. « Au moment de l’introduction du revenu universel d’activité ou d’une prestation de ce type, il faudrait, si l’expérimentation du revenu de base est concluante, veiller à la cohérence entre les deux dispositifs », pointent les auteurs.

Par ailleurs, au regard du nombre de personnes qui ne bénéficient pas des aides sociales auxquelles elles ont droit, l’efficacité des politiques publiques en matière de lutte contre la pauvreté est sérieusement remise en cause. En effet, il s’agirait d’un bénéficiaire de prestations sur trois. Pour parer ces manquements, l’identification et la généralisation des dispositifs qui fonctionnent sont de mises. « Cela passe par l’évaluation systématique de l’efficacité des politiques d’accès aux droits et par la capacité de mesurer le non-recours ».

Adaptation aux contraintes budgétaires

Autre risque souligné, en matière de financement, les limites budgétaires des départements pourraient interférer sur les droits des personnes qui prétendent au revenu de solidarité active (RSA). L’urgence se porte cette fois sur l’examen rapide d’une extension de cette prise en charge par l’Etat dans les départements qui rencontrent des difficultés.

Pour finir, le comité d’évaluation interpelle sur l’importance de la mise en place d’une définition ainsi que d’une mesure fiable de la grande pauvreté par l’Insee. Le but étant d’y associer des critères différents de ceux de la précarité monétaire comme, par exemple, la pauvreté matérielle. « Il convient de mieux connaître et de mieux mesurer la grande pauvreté, que le gouvernement français s’est engagé à faire disparaître d’ici 2030 », rappellent les auteurs du rapport.

 

Auteur

  • Flora Peille

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15