Recevoir la newsletter

Magazine

Précarité : les familles monoparentales davantage touchées par la pauvreté

{ element.images.0.titre }}

Photo d’illustration.

Crédit photo Loïc Venance / AFP
Publiée le 13 septembre, la dernière enquête de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) atteste de la grande fragilité économique des foyers monoparentaux ou des familles très nombreuses.

Les familles monoparentales, qui représentaient un quart de l’ensemble des familles en 2020, vivaient plus souvent dans un logement surpeuplé que les autres. Tel est le constat de la dernière étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).

Fondée sur des chiffres datant de 2020 et publiée lundi 13 septembre, elle propose une analyse des situations économiques des familles, selon leur typologie.

« Bien qu’elles résident avec moins d’enfants que les familles recomposées, les familles monoparentales vivent plus fréquemment dans un logement surpeuplé. En effet, cette situation concerne 24 % des enfants des familles monoparentales, 16 % des enfants des familles recomposées et 10 % de ceux de familles “traditionnelles” », indique le document.

Un constat qui s’explique en partie par le fait que le lieu de résidence des familles monoparentales se situe souvent dans des grandes villes et leurs banlieues, où les logements sont petits.

Près de la moitié des familles de quatre enfants sont pauvres

Par ailleurs, l’enquête révèle qu’en 2018, 41 % des enfants mineurs habitant avec un seul de leur parent vivait au-dessous du seuil de pauvreté.

« Dans un tiers des familles monoparentales, le parent avec lequel ils résident la plupart du temps n’a pas d’emploi. Leur situation est alors plus précaire : 77 % des enfants sont pauvres, contre 23 % quand le parent est en emploi », précise l’enquête.

Les familles nombreuses étaient, elles aussi, plus souvent pauvres que les autres : 43 % des familles avec quatre enfants ou plus étaient pauvres, contre 24 % des familles avec trois enfants et 16 % de celles constituées d’un ou de deux enfants.

Pour finir, en 2020, 18 % des familles monoparentales étaient formées du père et des enfants. En 2018, la pauvreté touchait 22 % des enfants résidant avec leur père et 45 % de ceux qui habitaient au domicile de la mère.

« Les pères sont nettement plus souvent en emploi (81 %, contre 67 %, en 2020) et moins fréquemment au chômage (10 %, contre 18 %) que les mères dans la même situation. »

 

Auteur

  • Flora Peille

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15