Menu
S'identifier
Enfance - Famille

Confinement : quand les soins psychiatriques pour adultes oublient les enfants


Publié le : 07.04.2020 I Dernière Mise à jour : 08.04.2020
{ element.images.0.titre }}
Photo d'illustration I Crédit photo Nomad_Soul - stock.adobe.com

Auteur

  • Sophie Massieu

Les petits et les adolescents confinés avec un parent atteint de troubles psychiques comptent parmi les invisibles de la crise sanitaire. Or de tels tête-à-tête peuvent se révéler difficiles à vivre. Des écoutants contribuent à briser ces huis clos.

 

« Mes cauchemars… C’est comme les délires de papa ? » Voilà ce qu’un petit garçon de 7 ans a demandé à Hélène Davtian, psychologue, directrice des Funambules, un service d’accompagnement pour enfants et jeunes adultes de l’Œuvre Falret. C’était avant la période de confinement. « Toute personne confrontée à la psychose d’un proche ressent de la confusion et du déséquilibre, décrypte Hélène Davtian. Il est donc très important de leur faire comprendre que, pour autant, elles ne sombrent pas dans la maladie. » Mais le confinement renforce le risque d’emprise d’un parent malade sur son enfant, sans qu’il lui reste d’échappatoire.

Impossible, aujourd’hui, de dénombrer les enfants et adolescents qui vivent de telles situations. Mais le chiffre est d’autant moins anecdotique que plusieurs patients sont sortis des hôpitaux psychiatriques pour se confiner à domicile. En temps normal, déjà, l’organisation des soins de la psychiatrie adulte ignore totalement le sujet, selon Hélène Davtian : « On n’explique pas aux mineurs à domicile le diagnostic ou les choix de soins. Et nos institutions sont trop cloisonnées. Le secteur de la protection de l’enfance estime que ces enfants sont en danger, les neurosciences les perçoivent comme étant à haut risque de psychose, ou on en fait aussi de jeunes aidants… »

Conséquences graves

Déjà non considérés en temps normal, faute d’interdisciplinarité des prises en charge, les jeunes se retrouvent encore plus ignorés pendant la crise sanitaire. Invisibles parmi les invisibles, ils doivent cohabiter 24 heures sur 24 avec un parent qui a parfois tout d’un adolescent. Voire qui peut devenir violent, par exemple en cas de paranoïa, pointe le psychiatre Olivier Dubois, qui exerce dans deux cliniques privées à Saujon (Charentes-Maritimes). Et lorsque le parent vit avec des troubles de l’humeur (bipolarité, cyclothymie…), les jeunes doivent eux-mêmes fournir des efforts pour réguler leur propre humeur, note Hélène Davtian. Dans ce type de situations, le mécanisme de défense le plus efficace s’avère être le repli, mais il n’est pas toujours facile de le mettre en place en période de confinement.

D’autant que, fréquemment, une dimension concrète complique encore la donne : les parents vivant avec un handicap psychique disposent souvent de faibles ressources, et donc de petits abonnements de télécommunications. Pire : « Que veut dire “l’école à la maison” lorsque le parent ne parvient pas à se lever le matin ? », interroge Hélène Davtian.

Ces phénomènes atteignent les jeunes à un moment, souligne Olivier Dubois, où ils se trouvent eux-mêmes en situation de fragilité, où ils ont besoin de repères, d’attention, de sécurité. « Leurs défenses psychiques sont encore mal structurées », note-t-il également.

Risque de toxicomanie

Les conséquences d’une cohabitation forcée de longue durée peuvent se révéler graves. Olivier Dubois redoute une possible surconsommation de substances toxiques addictives. Et dans les situations les plus dramatiques, le risque de psychose peut apparaître. Mais attention, prévient Hélène Davtian : « Il ne faut pas réduire la prévention au dépistage. Il faut travailler les facteurs environnementaux et relationnels. » Autrement dit, accompagner les personnes.

Les enfants, d'abord. Ainsi, lorsque certains enfants de ses patients l’appellent, que leur recommande Olivier Dubois ? De prendre soin d’eux, de pratiquer une activité physique dans l’appartement, de bien utiliser leur heure de sortie, de s’adonner à des activités artistiques pour « se mettre dans leur bulle »…

Les adultes peuvent, eux aussi, être aidés. En cas de difficulté, Olivier Dubois leur recommande de continuer de consulter, pour ne pas faire part de leurs émotions à leurs enfants, « qui ne sont pas là pour absorber les angoisses des parents ». Plusieurs associations, dont Les Funambules, mettent aussi à leur disposition des écoutants. En l’occurrence, une plateforme téléphonique et un tchat (1). Ils sont ouverts à tous, mais ce sont surtout les parents qui l’utilisent. « Les personnes dépressives qui nous sollicitent sont souvent très autoréférencées, explique Hélène Davtian. Mon enfant ME fait ça, à MOI. Donc mon rôle consiste à déréférencer tout cela. » Quant aux enfants ? « S’ils ont peu de forfait, il vaut parfois mieux qu’ils appellent un copain plutôt qu’un psy, car l’amitié et la dimension générationnelle sont indispensables pour eux dans cette situation. » Une porte ouverte sur la vie ordinaire, peut-être plus précieuse que jamais.

 


(1) Pour joindre les Funambules : tél. 07 66 24 54 11 - Mail : lesfunambules@oeuvre-falret.asso.fr - Les Funambules Falret sur Facebook.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format