Recevoir la newsletter

Magazine

Canicule 2020 : une surmortalité en hausse de 18%

{ element.images.0.titre }}

L'été 2020 a entraîné une surmortalité de 18%

Crédit photo Thaut Images - stock.adobe.com
Santé publique France (SPF) a publié ce mardi un bilan météorologique et sanitaire national des vagues de chaleur de l’été 2020. Avec 1 924 décès supplémentaires, cette période estivale « présente l’impact sanitaire le plus important depuis la mise en place du plan national canicule en 2004 ».

« L’été 2020 a été marqué par trois vagues de chaleur, dont une particulièrement sévère dans le nord de la France. Les départements impactés par au moins une vague de chaleur rassemblent plus de 50 millions de résidents, soit 77 % de la population métropolitaine. » Tel est le premier enseignement dressé par Santé publique France dans un bilan de la période estivale publié ce mardi 20 octobre. Concrètement, les trois épisodes caniculaires de cet été ont eu « des impacts sanitaires notables sur l’ensemble de la population exposée ».

Ainsi, selon l’agence nationale, 1 924 décès en excès ont été observés lors des périodes de dépassement des seuils d’alerte dans les départements concernés. Ce qui représente une hausse de la surmortalité de 18 %. Toujours selon Santé publique France, sur l’ensemble de la période, du 1er juin au 15 septembre, 15 000 passages aux urgences ont été recensés, donnant lieu à 10 000 hospitalisations, et 220 personnes ont été placées en soins intensifs ou réanimation.

Surmortalité la plus importante depuis 2003

Sur les mêmes périodes et zones que les trois vagues de chaleur, une centaine de décès liés à l’épidémie de Covid-19 ont été enregistrés, très majoritairement pour des personnes âgées de 70 ans et plus. « Ainsi, la mortalité liée à l’épidémie de Covid-19 ne peut expliquer à elle seule la surmortalité observée dans les zones impactées par les vagues de chaleur, même si l’épidémie de Covid-19 a pu accroître la vulnérabilité de certaines populations à la chaleur », souligne encore Santé publique France.

Plus globalement, en raison de la crise sanitaire et de cette multiplication des vagues de chaleur, « l’été 2020 est celui qui présente l’impact sanitaire le plus important depuis la mise en place du plan national canicule en 2004, juste devant les étés 2015, 2018 et 2019 ».

Si la surmortalité observée pendant les vagues de chaleur de 2020 est « la plus importante depuis 2003 », elle demeure toutefois « bien inférieure aux 15 000 décès observés cette année-là ».

 

Auteur

  • Maxime Ricard

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15