Menu
S'identifier
Protection sociale - Santé

Pascale Molinier, professeure de psychologie sociale : « Soigner, prêter attention à l’autre, ce n’est pas la guerre »


Publié le : 01.04.2020 I Dernière Mise à jour : 01.04.2020
{ element.images.0.titre }}
Pascale Molinier, théoricienne du soin. I Crédit photo DR

Auteur

  • Brigitte Bègue

Pour Pascale Molinier, théoricienne du soin, le discours martial utilisé pour lutter contre le coronavirus ne convient pas pour décrire la situation que vivent les soignants de proximité aux prises avec la souffrance de l’autre. Ces invisibles, en contact avec les plus fragiles, sont majoritairement des femmes.

Actualités sociales hebdomadaires : Vous avez écrit, dans une tribune, que « le soin n’est pas la guerre ». Que voulez-vous dire ?
Pascale Molinier : Soigner, prêter attention à l’autre, ce n’est pas la guerre. Cela pose un problème éthique majeur de confondre quelque chose de l’ordre de l’empathie, de la compassion, d’une sensibilité à la souffrance avec un combat. C’est un discours qui est fait pour mettre la pression. Il y a des gens que ça sidère et ils arrêtent de penser, ça les terrifie. Et il y a des gens que cela séduit parce que ça les galvanise. Je veux bien entendre que lorsqu’on est dans un service d’urgence et de réanimation, aujourd’hui, on ait besoin de cela. Le discours viril peut aider à soutenir cet effort tendu vers un travail hors de toutes limites, mais c’est un discours qui peut mettre aussi en colère. Et j’ai eu l’occasion de constater que tous les soignants ne s’y retrouvent pas, simplement parce que tous les soignants sont affectés par ce qui se passe en ce moment, et pas seulement ceux qui sont en première ligne. Je pense notamment à toutes les personnes qui travaillent avec les handicapés, les malades mentaux, dont on n'entend pas du tout parler et dont la situation est très compliquée. Et tous les travailleurs sociaux qui s’occupent des gens dans la rue et des plus vulnérables.

Qu’est-ce que le soin, pour vous ?
P. M. : Le soin n’est pas que médical, c’est bien pour cela que s’est développé depuis une dizaine d’années tout un courant de recherches sur le « care », qui met en avant des problématiques qui ne sont pas audibles si l'on ne donne la parole qu’aux médecins et aux experts scientifiques. On nous énonce des chiffres qui ne veulent rien dire actuellement puisqu’il manque tout ce qui se passe dans la rue, les Ehpad, les établissements de protection de l’enfance… Toutes les situations qui ne sont pas visibles. On ne peut pas se contenter d’un discours techniciste, technocratique, dénué d’affects, froid, qui nous renvoie des chiffres au visage. Cette invisibilité est maintenue, même si l'on commence à parler des Ehpad. Mais n'oublions pas que c’est un choix de société de concentrer les vieillards dans des structures qui, quand elles comportent 18 lits, sont gérables en cas de pandémie mais ne le sont pas lorsqu’elles ont 450 lits, comme c’est le cas dans plein de petites villes. Les gens qui travaillent en gérontologie alertent depuis un moment. C’est épouvantable d’avoir 15 morts de personnes âgées en 48 heures. Des pensionnaires que le personnel connaît très bien. Car si ces personnes sont délaissées dans notre société, elles ne le sont certainement pas par leurs soignants, qui sont souvent la seule proximité charnelle que des personnes très âgées ou sans famille aient.

« Une crise décapante sur le plan social »

Est-on en train de se rendre compte que l’autonomie des uns peut être produite par la relation avec l’autre ?
P. M. : Les soignants et les travailleurs sociaux le savent mais jusqu’à présent il y avait une relative indifférence à l'égard du lien qui unit à l’autre et qui maintient à flot les personnes plus fragiles. Et, même avec la crise sanitaire, beaucoup de structures, d’accueil de jour... sont fermées. Tout ça ne se voit pas parce que ce travail se situe dans les interstices, les mailles des dispositifs publics. Cette crise est absolument décapante sur le plan social. Elle fait tomber les dominos du néolibéralisme les uns derrière les autres. Elle révèle tout ce qui n’allait pas et tout ce que les gens du secteur sanitaire et médicosocial disaient finalement sans être écoutés. Les soignants, depuis de nombreuses années, n’ont eu de cesse de dénoncer les dégradations, leurs conditions de travail. Il y a eu une casse assez systématique du service public. Et ce n’est pas un discours sur la guerre qui va faire oublier ça. Il y a là deux modèles qui s’opposent de manière frontale. D'un côté, le darwinisme social, avec l’idée que ce sont les plus forts qui s’en sortent, mais la qualité de notre autonomie est tributaire de la qualité de nos interdépendances. C’est vrai pour tout le monde : l’excellence, la performance, les capacités de ceux qui réussissent sont étayées par des petites mains invisibles. D’un autre côté, il y a des savoirs que les professionnels (aides-soignantes, travailleurs sociaux, enseignants) ont depuis toujours car ils sont au contact de la réalité. Ils ont une connaissance du monde tout à faire différente, ils racontent très bien les difficultés sur le terrain, mais il y a une surdité du courant gestionnaire à leurs propos.

Dans tous ces métiers peu reconnus du soin, de l’accompagnement à domicile, il y a une majorité de femmes… Cela peut-il expliquer cette invisibilité ?
P. M. : Bien sûr. Tout ce travail de proximité a toujours été très difficile à penser en matière de salariat. D’abord, parce qu’il était réalisé par les femmes au domicile, gratuitement. Ce sont elles qui, avant, s’occupaient des enfants, des malades et des vieillards. Quand cela est devenu une activité salariale, on n’a pas très bien vu pourquoi il fallait payer pour des gens qui faisaient auparavant ces tâches sans rémunération. Ce travail est donc très majoritairement sous-payé. D’autant que, une fois encore, il ne se voit pas. L’invisibilité est inscrite dans l’activité elle-même. Etre attentif à quelqu’un, c’est souvent devancer les demandes. Si vous avez soif et que le verre arrive avant la soif, vous n’avez pas vu le travail qui a consisté à penser que vous pourriez avoir soif et à apporter le verre juste à temps. C’est une métaphore pour décrire l’ensemble d’un travail qui, par nature même, est discret. C’est pareil lorsqu’on s’occupe bien des personnes en souffrance psychique. La prouesse des professionnels consiste justement à faire en sorte qu’ils n’aient pas l’air malades. Le psychiatre Jean Oury disait que ce travail était inestimable. On ne peut pas le comptabiliser et, pourtant, c’est celui qui a le plus de valeur sur le plan éthique. Dans le secteur de l’aide à domicile, il y a beaucoup de travailleuses qui sont migrantes, souvent primo-arrivantes. Disqualifiées la plupart du temps alors qu’elles ont des diplômes dans leur pays, elles sont à peine déclarées, ont à peine des papiers. La transparence est complète. Actuellement, à la télévision, on parle des médecins et des infirmiers, alors que 88 % sont des infirmières. Le travail de corps à corps, là où les risques se prennent dans le monde ordinaire, hors des services de réanimation, est un corps-à-corps avec les femmes.

Qu’est-ce que la crise actuelle peut transformer ?
P. M. : On est à un moment où tout est possible. On ne peut pas faire de projections. Il faut essayer de garder un esprit critique. Il va naître des transformations, ne serait-ce que parce qu’une crise économique se profile à laquelle, je pense, le discours guerrier tend à nous préparer. Travailler soixante heures par semaine [comme le gouvernement l’autorise désormais par décret, ndlr], c’est le contraire du souci des autres.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format