Recevoir la newsletter

Magazine

Lieux de privation de liberté : chacun doit avoir accès à « une langue et des termes » qu'il comprend

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo Art Core Ben / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Dans les centres de rétention ou dans les structures médico-judiciaires, de nombreuses personnes n’accèdent pas aux informations les plus élémentaires par manque d’interprètes qualifiés ou de prise en compte de leur handicap. Un avis du contrôleur des lieux de privation de liberté, publié le 3 mai, rappelle que l'interprétariat est essentiel.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Actualités Sociales Hebdomadaires

Je m'abonne

Déjà abonné ?

Auteur

  • Laurence Ubrich

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15