Recevoir la newsletter

Magazine

Grande précarité : une application comme repère

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo Marie Nahmias
Développée par la Jeune chambre économique de Montpellier, l’application Pratik référence et géolocalise les services d’aide pour les personnes sans abri dans la capitale héraultaise. En collaboration avec des associations locales, l’outil est présenté depuis le mois de février aux bénéficiaires.

« Hygiène », « Me soigner », »Accueil de jour », « Addictions », « Animaux »… Quatorze catégories de besoins sont référencées au sein de l’application Pratik, lancée à la fin du mois de février par la Jeune chambre économique (JCE) de Montpellier. L’objectif : mieux faire connaître les services disponibles pour les personnes en situation de grande marginalité et en faciliter l’accès, car ces données restent encore difficiles à trouver pour de nombreux usagers. « Beaucoup sont nomades. Lorsqu’ils arrivent dans une ville, ils doivent d’abord nouer des contacts pour avoir accès à ces informations, explique Julie Gaillard, co-directrice du projet. Les personnes sur le territoire depuis un moment ont, quant à elles, déjà leur réseau, mais n’ont souvent pas connaissance de tout le tissu associatif. »

A l’origine, l’initiative de la JCE devait être consacrée à la lutte contre la précarité menstruelle, mais une première phase d’enquête sur le terrain a permis un réaiguillage. « Montpellier est riche de projets citoyens sur ce volet, soulève Julie Gaillard. Il n’était pas pertinent pour nous d’ajouter un énième dispositif. En revanche, savoir que ces initiatives existaient nous a pris beaucoup de temps de recherche. » De là est née l’idée de créer une application référençant tous les services du territoire. S’il existe un guide papier édité par la métropole de Montpellier, avec le nom des associations et des structures d’accueil pour les personnes démunies, celui-ci présente certaines limites. « L’actualiser nécessite du temps, des usagers se retrouvent parfois avec la mauvaise version. Si le contenu est rédigé en français, certaines personnes ne peuvent pas comprendre ; c’est pourquoi nous avons voulu que l’application soit disponible en plusieurs langues », détaille la porteuse du projet, rappelant que 70 % des personnes sans abri disposent d’un smartphone. Le dispositif est conçu pour être accessible sur ordinateur et utilisé dans les centres d’accueil, où les travailleurs sociaux peuvent accompagner à la découverte de l’outil.

Retours de terrain

L’intérêt de l’application réside par ailleurs dans la géolocalisation. Après avoir sélectionné un besoin spécifique, le « soin dentaire » ou les « produits bébé » par exemple, l’utilisateur est redirigé vers une carte sur laquelle les structures s’affichent sous forme de points verts ou rouges, selon qu’elles sont ouvertes ou fermées à l’heure de recherche. Un itinéraire est ensuite proposé pour se rendre à l’endroit souhaité. Afin de développer au mieux le projet, la Jeune chambre économique a noué un partenariat avec la métropole, le service intégré d’accueil et d’orientation (SIAO) de l’Hérault, chargé d’actualiser la base de données, et l’association Entraide SDF, qui diffuse l’application. « Nous apportons le savoir-faire du terrain, rapporte Antoine Marc, président de la structure. Les bénévoles peuvent présenter l’application aux personnes lors des maraudes, et faire remonter ce qui est pertinent et ce qui l’est moins pour que l’outil évolue. »

Des permanences seront organisées pour former les bénévoles d’autres associations comme Corus ou la Croix-Rouge. A terme, une borne physique contenant l’application doit également être installée dans un quartier stratégique de Montpellier.

Auteur

  • Marie Nahmias

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15