Recevoir la newsletter

Magazine

Protocole sanitaire assoupli dans les Ehpad : c'est à la personne âgée de décider

{ element.images.0.titre }}

Le gouvernement a publié de nouvelles recommandations à destination des familles ayant un proche dans un établissement accueillant des personnes âgées

Crédit photo Stefan Redel - stock.adobe.com
Le gouvernement a publié de nouvelles recommandations à destination des familles ayant un proche dans un établissement accueillant des personnes âgées. Les conditions de visites et de sorties sont assouplies jusqu’au 3 janvier 2021 afin de permettre aux résidents de fêter les fêtes de fin d'année en famille. De quoi satisfaire les acteurs du secteur même si des difficultés sont à prévoir.

« Ce protocole est une bonne chose », « il va dans le bon sens », « nous en sommes extrêmement satisfaits », « cela permet d'envisager les fêtes avec un peu plus de sérénité »… Interrogés à propos des nouvelles consignes relatives à l’organisation des établissements pour personnes âgées pendant la période des fêtes de fin d’année, publiées le 12 décembre, les acteurs du grand âge se montrent enthousiastes. « Ce texte permet de concilier au maximum liberté et sécurité. Ce qui n’est pas évident en cette période, apprécie par exemple Annabelle Vêques, directrice de la Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et de services pour personnes âgées (Fnadepa). Les résidents ont besoin de pouvoir se rendre chez leurs proches ou de les recevoir sans compromettre la sécurité des autres. Un équilibre un peu périlleux rendu possible grâce ce protocole ». Car l’objectif principal de ces nouvelles directives est clair : permettre aux résidents en Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) de fêter Noël en famille.

Autre motif de satisfaction : la parole des personnes âgées est au cœur de ce nouveau dispositif. En effet, la mise en œuvre des mesures doit « impérativement donner lieu à une consultation du conseil de la vie sociale de l’établissement ou de toute autre forme d’instance de participation, par tout moyen, qui associe les représentants des personnes, de leurs familles, et des professionnels qui les accompagnent ». De quoi réjouir Johan Girard, délégué national filière personnes âgées et domicile à la Croix-Rouge : « La prise de décision appartient au résident. C’est lui qui choisit de rester ou non dans l’Ehpad. Ce qui n’a pas toujours été le cas durant cette crise sanitaire. De ce point de vue-là, le protocole est pertinent. C’est un bon équilibre entre risques et dangers, droits et libertés. Il est adapté à la situation et à l’intérêt des personnes âgées ».

« Nous allons agir dans la précipitation »

Cependant, comme le souligne Claudette Brialix, présidente de la Fédération Nationale des Associations et Amis de Personnes Agées et de leurs Familles (Fnapaef), « l'application de ce protocole risque d'être compliquée ». Principalement car les nouvelles conditions de visites nécessitent un plus grand nombre de professionnels. « Or Noël est dans dix jours, rappelle Claudette Brialix. Cela ne va pas être évident de mettre toutes les mesures en ordre de marche ». « Il aurait été préférable d’avoir ce protocole plus tôt pour s'organiser, admet Annabelle Vêques. Nous allons agir dans la précipitation. D'autant que les professionnels prennent aussi leurs congés à ce moment-là ».

Ces dernières semaines, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures permettant de renforcer les structures en ressources humaines en assurant qu’il prendrait en compte l’ensemble des surcoûts liés à l’embauche de ces personnels supplémentaires. « Un vrai point positif, reconnaît la directrice de la Fnadepa. Mais ce n’est pas ça qui créé des postes. Il y a donc un vrai défi RH ». Toutefois, comme souvent depuis le début de la crise, sur le terrain, les acteurs trouvent des solutions. « Le protocole permet de recruter des personnes en service public. Nous recommandons donc à nos adhérents d’y avoir recours, renseigne Eric Fregona, directeur adjoint de l’association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA). De même, comme ils sont encore autorisés, les établissements doivent s’appuyer sur leurs bénévoles habituels ».

Auteur

  • Maxime Ricard

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15