Recevoir la newsletter

Magazine

Présidentielle 2022 : l’accessibilité de la campagne scrutée par le CNCPH

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo Patricia Huchot-Boissier / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Sites Internet, réunions publiques, programmes : les moyens de suivre la campagne présidentielle sont truffés d’obstacles pour les personnes en situation de handicap. Pour tenter d’y remédier, le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) a créé un observatoire dédié à l'accessibilité de cette campagne, et à celle des futurs scrutins.

Le Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH) a lancé, le 27 janvier dernier, l’Observatoire de l’accessibilité des campagnes électorales. L’objectif : analyser les campagnes de chaque candidat et rendre des rapports hebdomadaires sur les améliorations mises en place. « Notre but n’est pas de flinguer, explique le président du CNCPH, Jérémie Boroy. Mais d’avoir une démarche la plus incitative possible pour amener les candidats à faire ce qu’il faut. »

Car les propositions sont nombreuses pour rendre compatibles les supports numériques, réunions publiques, professions de foi, permanences de campagne ou rencontres des électeurs avec les handicaps, qu’ils soient moteur, auditif, visuel, intellectuel ou psychique. « Pour chaque problématique, on regarde trois ou quatre critères, détaille Jérémie Boroy. Par exemple, lors d’une réunion publique, on analyse la scène, la salle, la manière d’y accéder et la retransmission [avec langue des signes ou sous-titres]. Pour les programmes et professions de foi, on vérifie qu'une version “Facile à lire et à comprendre” [Falc] est proposée. Concernant les sites, nous examinons ce qui est prévu en matière d’accessibilité : y a-t-il un contact spécifique sur ces questions ? Le déroulé des meetings est-il annoncé ? »

Les bons et les mauvais élèves

Après plus de trois semaines d’analyse, le paysage politique se précise puisque, désormais, la trentaine de volontaires de l’Observatoire de l’accessibilité des campagnes électorales se concentre sur les candidats ayant plus de 100 parrainages. Ce qui est notable, par rapport à 2017, c'est le nombre important d’interprètes en langue des signes.

Le premier de la classe sur ce sujet est Jean-Luc Mélenchon, qui « laisse une large place à l’interprète » (1/3 de l’image), quand celui de Valérie Pécresse « a la taille d’un timbre-poste ». Il a au moins le mérite d’être là car, chez Eric Zemmour, rien n’est affiché pour aider à la compréhension, ni interprète ni sous-titres. Entre ces deux extrêmes, les candidats ont de plus en plus le réflexe de faire appel à un traducteur en langue des signes ou à la transcription simultanée. « Il se passe enfin quelque chose, ce qui doit être visible l’est », se réjouit le président du CNCPH.

Des progrès encore trop lents

Selon le handicap, ces évolutions sont loin d’être suffisantes. « On a aujourd’hui du matériel adapté, explique Cendrina Brisse, chargée de sensibilisation à l’Union nationale des aveugles et déficients visuels (Unadev). Les ordinateurs avec assistants vocaux permettent une ouverture sur le monde et la société. Mais les sites des candidats ne suivent pas. Si on ne peut accéder qu’à un seul programme, il y a de fortes chances pour que l’on choisisse celui-là, ou que l’on ne vote pas. Le manque d’accessibilité restreint les personnes dans leur choix, voire choisit pour elle. C’est un vrai problème démocratique. »

La sanction financière, une solution ?

Selon la loi organique de 2021 relative à l'élection du président de la République, les candidats à l'élection présidentielle doivent « veiller à l'accessibilité de leur campagne ». « Pour ce faire, la base serait que les candidats aient une meilleure connaissance du handicap, insiste Cendrina Brisse. Je crois que les candidats ne pensent pas à rendre leur campagne accessible. Il est nécessaire de les sensibiliser, de les former et, pourquoi pas, de les mettre en situation. »

Pour Jérémie Boroy, après la sensibilisation vient la sanction. « Lors d’une élection présidentielle, le budget est encadré et fait l’objet d’un remboursement quand le candidat dépasse les 5 % d’électeurs. Nous pensons que, pour plus d’efficacité, ce remboursement devrait être lié au respect des règles d’accessibilité. »

Ce principe devrait être appliqué, selon le CNCPH, à toutes les élections dont les budgets sont conséquents : les législatives, les régionales et les départementales. « Il s’agit d’élections où les partis politiques peuvent mobiliser des ressources. Pour les municipales, c’est différent. On ne peut pas comparer les grandes villes et les villages. Mais à terme, l’accessibilité des campagnes devrait concerner toutes les élections, y compris celles des parents d’élèves, de la vie étudiante ou les élections professionnelles.»

Auteur

  • Garlonn de Maistre

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15