Menu
S'identifier

Réfugiés I 21.06.2019

Le nombre de réfugiés et déplacés à travers le monde dépasse les 70 millions

Face à cet amer record, le haut-commissaire des nations unies pour les réfugiés (HCR) a appelé, mercredi 19 juin, les Etats membres à poursuivre leurs efforts de solidarité envers ces « personnes déracinées ».

Auteur

  • OLIVIER HIELLE (Pixel6tm)

« Nous connaissons actuellement des records historiquement élevés de déplacement. » le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR), organe des Nations Unies, a publié, mercredi 19 juin, ses statistiques annuelles. 70,8 millions de personnes dans le monde ont été forcées de fuir leur foyer cette année. C’est plus que la population totale en France (67,6 millions d’habitants en 2017).

Parmi elles, 25,9 millions sont des réfugiées et 41,3 millions de personnes sont des déplacés internes. Le HCR estime à 13 millions le nombre d’enfants réfugiés. Et encore, ces chiffres sont à prendre avec prudence, car l’institution reconnaît n’avoir une vision que parcellaire de l’étendue des mouvements de la crise au Venezuela, l’une des plus importantes crises au monde. 57% des réfugiés relevant de la compétence du HCR sont originaires de seulement trois pays : la Syrie, l’Afghanistan et le Soudan du Sud.

Les principaux pays d’accueil des réfugiés sont la Turquie (3,7 millions), le Pakistan (1,4 million) et l’Ouganda (1,2 million). Rapporté à la population, ce sont le Liban (156 réfugiés pour 1000 habitants) et la Jordanie (72 %o) qui forment le duo de tête. La France, elle, est loin derrière. En 2018, elle a accueilli 368 400 réfugiés, ce qui représente un ratio de 5,44 réfugiés pour 1000 habitants.

Le haut-commissaire Filippo Grandi, à la tête du HCR a réagi à ces chiffres. Pour lui ils « confirment à nouveau la hausse sur le long terme du nombre de personnes ayant besoin d’être protégées à cause des guerres, des conflits et des persécutions ».

Bien qu’il dénonce une rhétorique « toxique » perpétrée au sein des Etats au sujet des réfugiés, il n’en reste pas moins optimiste : « Nous assistons à une vague de générosité et de solidarité, surtout de la part des communautés qui accueillent déjà un grand nombre de réfugiés, indique-t-il. Nous constatons également une implication sans précédent de la part de nouveaux acteurs, notamment dans les secteurs du développement, des entreprises privées et des particuliers. »

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format