Menu
S'identifier
Dépendance – Handicap

Les personnes handicapées subissent davantage de violences


Publié le : 22.07.2020 I Dernière Mise à jour : 22.07.2020
{ element.images.0.titre }}
<p>Photo d&#39;illustration</p> I Crédit photo LIGHTFIELD STUDIOS - stock.adobe.com

Auteur

  • Marie Nahmias

Selon une enquête publiée par la Drees, les personnes en situation de handicap sont plus souvent confrontées à des violences physiques, sexuelles et verbales que le reste de la population. Les femmes handicapées sont tout particulièrement exposées.

Menée chaque année depuis 2007, l’enquête « Cadre de vie et sécurité » (CVS) se penche sur les faits de délinquance dont sont victimes les Français. Publiée mercredi 22 juillet par la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) et le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), la dernière étude en date révèle que les personnes handicapées sont plus régulièrement victimes de violences physiques, sexuelles et verbales. Elles sont 25,2 % à faire état d’au moins une atteinte (vols avec ou sans violences, menaces, injures, violences sexuelles…) au cours des deux années précédant le sondage, contre 22,7 % pour les personnes sans handicap.

Dans le détail, 7,3 % déclarent avoir subi des violences physiques et/ou sexuelles et 15,4 % des injures, alors que le reste de la population se trouve respectivement à 5,1 % et 14,1 %. L’écart est encore plus important lorsqu’il s’agit des agressions à domicile (17 %, contre 8 %) ou dans les parties communes des immeubles d’habitation (8 %, contre 4 %). « Près de deux victimes handicapées de violences sexuelles sur trois et plus d’une victime handicapée de violences physiques ou de menaces sur cinq ont déclaré avoir été agressées dans ces lieux », spécifie l’étude.

Les femmes, première cible

Les femmes sont par ailleurs particulièrement exposées. Celles en situation de handicap sont 9 % à avoir été sujettes à des violences physiques et/ou sexuelles (contre 5,8 % pour les femmes ne déclarant pas de handicap) et 18,1 % à avoir subi des injures (contre 15,1 %).

A noter, les écarts observés entre les individus handicapés et non handicapés se creusent à « caractéristiques comparables ». Les personnes en situation de handicap présentent en effet des particularités. « Elles sont par exemple en moyenne plus âgées », précisent les auteurs de l’enquête, qui sont parvenus à identifier « l’effet propre » de chaque caractéristique sur la probabilité d’être victime.  

« Toutes choses égales par ailleurs, le handicap fait partie des caractéristiques – avec la situation familiale ou l’âge – qui influent le plus sur la probabilité d’avoir subi des violences physiques, sexuelles et verbales, est-il indiqué. Ainsi, être handicapé accroît de façon significative la probabilité d’avoir subi des violences physiques et/ou sexuelles (+ 3 points), des menaces (+ 3,3 points) et d’avoir été exposé à des insultes (+ 4,2 points). » Des chiffres d’autant plus inquiétants que, pour les personnes en situation de handicap, les violences subies sont davantage traumatisantes.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format