Recevoir la newsletter

Magazine

Les aides à domicile, en majorité des femmes, laissent éclater leur colère

{ element.images.0.titre }}

A Excideuil (Dordogne), en avril 2020, durant le confinement, le personnel du service intercommunal d’aide sociale servait les repas directement dans les maisons des résidents. 

Crédit photo Romain Longieras / Studio Hans Lucas via AFP
Mobilisés ce jeudi 23 septembre à l’appel de la CGT, les professionnels du secteur demandent une revalorisation significative de leur salaire et l’amélioration des garanties collectives.

« L’idée est que la colère très vive dans le secteur puisse éclater », rapporte Stéphane Fustec, conseiller fédéral CGT pour le secteur des services à la personne.

A l’initiative de quatre fédérations du syndicat (1), les professionnels de l’accompagnement, de l’aide et des soins à domicile ont été appelés à se mobiliser jeudi 23 septembre dans plusieurs villes de France. La campagne a principalement eu lieu sur les réseaux sociaux sous le hashtag #24heuressansaidesadomicile.

Place des femmes

Les revendications portent sur le recrutement, la revalorisation significative des salaires, l’augmentation de l’indemnité kilométrique et l’amélioration des garanties collectives. « Nous demandons également la mise en place de temps d’écoute avec un professionnel de santé pour se libérer de toute la charge mentale accumulée », énonce Anne Lauseig, assistante de vie et fondatrice du collectif « La force invisible des aides à domicile », qui a relayé l’appel.

Il s’agit par ailleurs d’une lutte sociale concernant la place des femmes dans la société, soulignent de concert les deux professionnels. « Ce sont des métiers à dominante féminine, rappelle Stéphane Fustec. Il n’existe pas de reconnaissance des qualifications des salariées, car la société considère encore comme naturel pour une femme de prendre soin des autres. »

Pénurie de salariés

Le secteur, qui s’est régulièrement mobilisé ces derniers mois, constate une fuite importante des professionnels, de plus en plus nombreux à aller voir ailleurs. « Nous sommes face à un problème démographique, avec une population de salariés amenée à diminuer du fait des départs à la retraite. Et qu'il sera difficile de remplacer à cause du manque d’attractivité des métiers. Une situation aggravée par la crise sanitaire et l’obligation vaccinale », observe le conseiller fédéral.

Pour bénéficier d’un écho plus important, la CGT accompagne cette mobilisation d’une pétition, qui compte actuellement 419 signatures.


(1) Fédération des commerces et services ; fédération de la santé et de l’action sociale ; fédération des services publics ; fédération des organismes sociaux.

Auteur

  • Marie Nahmias

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15