Menu
S'identifier
Homepage

L’Armée du Salut déclare l’état d’urgence pour l’inclusion sociale


Publié le : 19.06.2019 I Dernière Mise à jour : 19.06.2019

Auteur

  • BRIGITTE BEGUE

En dehors des chiffres, dans son rapport d’activité 2018 présenté le 19 juin, la fondation de l’Armée du Salut met l’accent sur les transformations en cours dans l’accompagnement des personnes fragilisées.

« La société française fait face à des enjeux majeurs : quelle y est et quelle y sera la place des plus précaires, des jeunes en difficulté, des aînés isolés, des groupes discriminés, des femmes plus souvent et plus fortement en situation de fragilité sociale ? », interroge Daniel Faud, président de la fondation de l’Armée du Salut, en préambule du rapport d’activité 2018 que cette organisation a rendu public le 19 juin (1). Un événement intitulé « Secourir-Accompagner-Reconstruire » et qui fait le bilan de ses 199 structures et services sociaux et médico-sociaux, répartis dans 32 départements et 12 régions.

En 2018, l’Armée du Salut a accueilli plus de 8 700 personnes et assuré plus de 2 millions de journées d’hébergement dont 77% pour des adultes en situation de précarité, 19% en situation de handicap ou de  dépendance, 4% pour des enfants et des adolescents. La fondation qui bénéficie de 179,6 millions d’euros (dont 18,8 millions provenant de la générosité publique) a servi 4 400 000 repas. Elle compte 2 480 professionnels et plus de 3 8800 bénévoles.

L’Armée du Salut insiste sur l’urgence à mettre tout en place pour l’inclusion sociale et la nécessité d’avoir des moyens. Avec comme priorité le développement de l’engagement humanitaire (création de places d’hébergement supplémentaires, etc.), de l’insertion par l’activité économique (en 2018, elle a ouvert un nouveau chantier d’insertion au sein de Capa’cité et d’autres projets sont en cours sur le territoire), l’accueil et l’accompagnement des personnes migrantes. « De nombreux établissements ont alerté, dans leurs bilans 2018, sur les difficultés accrues rencontrées dans les démarches de demandes de titres de séjour et la précarisation accrue des jeunes adultes de moins de 25 ans accueillies en CADA a été très préoccupante », pointe l’Armée du Salut.

Le rapport fait apparaître des besoins très fréquents d’accompagnement des personnes en matière de santé mentale, souffrances psychiques et de phénomènes d’addiction. Par ailleurs, un nombre croissant de personnes âgées accueillies nécessite une orientation vers des structures adaptées, ce qui relève plutôt des maisons de retraite, souligne l’Armée du Salut. Celle-ci note, également, une accélération du processus de transformation de l’accompagnement (tendance accrue à l’hébergement diffus et au soutien dans le logement) liée aux contraintes budgétaires auxquelles sont acculées les centres d’hébergement et de réinsertion sociale. Pour l’Armée du Salut, c’est aussi le sens de l’action sociale qui est interrogé avec des travailleurs sociaux engagés mais exposés à « l’usure » et des difficultés accrues de recrutement de professionnels.


(1)https://ra2018.armeedusalut.fr/

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format