Recevoir la newsletter

Magazine

Pauvreté : pour une inclusion financière universelle et gratuite

{ element.images.0.titre }}

Photo d'illustration.

Crédit photo DR
Non-accès aux comptes, aux moyens de paiement, au crédit, à l’épargne, surendettement, frais bancaires… Pour lutter contre les difficultés bancaires des personnes précaires, six associations de lutte contre la pauvreté et l’exclusion proposent des solutions concrètes.

Près d’une décennie après un premier manifeste consacré à l’inclusion financière des populations les plus fragiles, six associations (le Secours catholique - Caritas France, Emmaüs France, APF France handicap, UFC Que choisir, Familles rurales et la Confédération syndicale des familles) se sont réunies pour dresser un nouvel état des lieux de l’accès de celles-ci aux moyens de paiement et, plus globalement, de leur inclusion bancaire.

Une carte de paiement pour les demandeurs d'asile

Pour rendre cet accès plus effectif sur le terrain, leurs travaux collectifs proposent une quinzaine de préconisations, répartis en cinq grands thèmes. Le premier questionne la notion de « moyens de paiement pour tous », alors qu’un grand nombre de personnes précaires n’ont pas de comptes en banque ou qu’un public plus âgé souffre de la dématérialisation des procédures. Le manifeste prône, entre autres, la création d’un service bancaire universel et gratuit, la mise en place d’une carte de paiement pour les demandeurs d’asile ou encore une véritable lutte contre l’exclusion numérique.

Utilisation du microcrédit

Le deuxième thème concerne la réforme de la tarification « pour la rendre plus juste », pointant la nécessaire réduction des frais d’incidents bancaires, avec, par exemple, la création d’un plafonnement pour tous. Vient ensuite le chapitre consacré à la promotion du microcrédit personnel, ainsi que l’accès au crédit en général des personnes en situation de handicap.

Le document s’empare également de la question du surendettement, à travers une série de recommandations : mieux encadrer le crédit à la consommation, réajuster le rôle du conseiller bancaire, qui doit « faire passer l’intérêt du client avant celui de la banque », ou encore impulser des ateliers de sensibilisation au budget dès le collège.

Favoriser l’épargne des personnes handicapées

Enfin, ce « Manifeste pour une inclusion financière universelle » souhaite améliorer l’accès à l’épargne des personnes en situation de handicap, notamment parce qu’elles voient le montant de leur allocation aux adultes handicapés (AAH) diminuer en touchant des intérêts sur les quelques euros qu’ils pourraient avoir mis de côté. Pour éviter cet écueil, il s’agirait d’instaurer un seuil pour la prise en compte des intérêts de l’épargne dans le calcul de l’AAH.

 

Plus d’informations sur ce manifeste.

 

Auteur

  • La rédaction

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15