Recevoir la newsletter

Magazine

Rentrée scolaire : des réponses aux besoins des enfants encore trop inégales selon les territoires

{ element.images.0.titre }}

Opération symbolique d’une pyramide de cartables devant la fontaine monumentale de Valence, le 31 août 2019, à l’initiative de l'Adapei de la Drôme. La structure dénonçait la situation de 257 enfants handicapés mentaux privés cette année-là de rentrée scolaire, faute de places disponibles dans les quatre instituts médico-éducatifs (IME) du département.

Crédit photo Nicolas Guyonnet / Studio Hans Lucas via AFP
A quelques jours de la reprise des cours, l’Unapei, association nationale qui accompagne des personnes atteintes de handicap mental et leurs familles, a mené une enquête auprès de ses adhérents. Elle souligne les améliorations à apporter pour que les jeunes reçoivent des réponses adaptées à leurs réels besoins.

Près des trois quarts (74 %) des services d’éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) accompagnent des enfants qui, en réalité, devraient être suivis par des instituts médico-éducatifs (IME) si leur orientation par la commission départementale de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) se concrétisait. Quant aux unités externalisées d’enseignement, elles peinent à se développer, faute, dans un quart des cas, de disposer de locaux.

Tels sont deux des constats opérés par les 35 associations membres de l’Unapei qui ont répondu à une enquête de terrain menée de mars à juillet et rendue publique dans le cadre de la campagne #jaipasecole. Les répondants accompagnent chaque année 8 118 enfants au travers de divers services et établissements.

Manque d'enseignants

Pour beaucoup, ces mêmes répondants auraient besoin de voir leurs équipes d’enseignants renforcées, puisqu’ils en comptent en moyenne un pour 28 jeunes, alors même que ces élèves rencontrent des difficultés particulières. Malgré tout, les professionnels observent des améliorations, puisque la moitié des enquêtés estime que les relations de coopération avec l’Education nationale s’avèrent bonnes. 

Pour dépasser de tels constats, outre cette enquête, l’Unapei rappelle ses propositions pour une « école solidaire et inclusive », à commencer par l’adaptation à tous de l’environnement scolaire et éducatif, au moyen de l’ajustement des programmes ainsi que de l’accessibilité des locaux, tant physique que par le biais d’une signalétique en français facile à lire et à comprendre. 

 

Auteur

  • Sophie Massieu

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15