Recevoir la newsletter

Magazine

PLFSS 2023 : des propositions pour le polyhandicap

{ element.images.0.titre }}

Crédit photo RFBSIP - stock.adobe.com
En vue du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2023, un groupement liste une série de recommandations pour mieux accompagner les personnes polyhandicapées.

Réunissant six organismes (1), le groupement de coopération médico-sociale Polycap publie 10 propositions concernant le volet polyhandicap du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2023. En premier lieu, les acteurs préconisent de favoriser l’autodétermination de ces publics, notamment en encourageant leur prise de pouvoir au sein de la gouvernance des établissements médico-sociaux. Ils recommandent par ailleurs la création d’habitats inclusifs destinés aux personnes polyhandicapées, qui se basent « sur des réalisations effectives de ce type d'habitat en France, avec l'appui d'un plateau technique suffisant (soignants, para-médicaux…) ».

Autres propositions : renforcer la formation des professionnels, du public et des familles à la fois sur l’appropriation des outils de communication augmentée et sur les questions relatives à la vie sexuelle et affective. « Le futur grand débat national, à l'issue des travaux du CNCPH [Conseil national consultatif des personnes handicapées] sur la vie intime, affective et/ou sexuelle, aura la responsabilité de proposer des actions spécifiques pour ce public », soulignent les auteurs.

Création d’un observatoire

Le groupement souhaite également que soient évaluer les dispositifs de type maison d'accueil spécialisée à domicile (MAS) hors les murs afin que ces nouvelles modalités d’accompagnement puissent se multiplier sur le territoire. Dans ce cadre, il est recommandé d’élaborer le cahier des charges avec les personnes accompagnées et les familles.

Enfin, le document appelle à la création d’un observatoire du polyhandicap. « Des concertations territoriales pourraient avoir lieu avec l'ensemble des acteurs du polyhandicap afin de mieux appréhender les personnes sans solution. Cette démarche pourrait s'appuyer sur les communautés 360 pour plus de lisibilité. »


(1) La Sauvegarde du Nord, l’Association du Nord d'action en faveur des jeunes déficients moteurs et de leur intégration (ANAJI), le Groupement des associations partenaires d'action sociale (GAPAS), le centre communal d'action sociale (CCAS) de la ville de Roubaix, l'Association des Flandres pour l'éducation, la formation des jeunes et l'insertion sociale et professionnelle (AFEJI), les Papillons Blancs Roubaix-Tourcoing.

Auteur

  • La rédaction

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15