Menu
S'identifier
Dépendance - Handicap

Confinement total en Ehpad : « Je continue à faire mon travail de soins, c’est ce qu’on attend de moi »


Publié le : 02.04.2020 I Dernière Mise à jour : 02.04.2020
{ element.images.0.titre }}
Photo d'illustration I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Propos recueillis par Maxime Ricard

Depuis le 24 mars, 18 salariés de l’Ehpad Bergeron-Grenier de Mansle, en Charente, ne quittent plus la structure. Un confinement total destiné à empêcher le coronavirus de pénétrer. Marie-Claude, aide-soignante dans l’Ehpad depuis vingt-neuf ans, raconte leur quotidien.

« Le matin, j’aime bien me lever de bonne heure pour prendre le temps de me préparer. Ce matin, j’ai donc pris mon service à 7h30. Je me suis occupée d’un résident. Je l’ai levé, j’ai fait sa toilette. Ensuite, son petit déjeuner arrive tranquillement entre 7h30 et 7h45. Mais depuis que nous nous sommes installés en confinement avec eux, nous ne les réveillons plus. Ils se lèvent à l’heure qu’ils veulent. Donc ils peuvent prendre leur petit déjeuner quand ils veulent. Une fois que tout le monde l’a pris, je continue mes toilettes. Je reprends mon travail de soignante. Après les petits déjeuners et les toilettes, une fois les personnes âgées habillées, nous faisons en sorte qu’elles continuent à avoir une forme d’activité en les faisant marcher un peu. Nous les baladons dans les petits salons dispersés dans plusieurs endroits de l’Ehpad. En réalité, nous ne faisons rien de particulier par rapport à l’accompagnement habituel. Ce confinement n’a pas changé plus que cela nos habitudes. A part un rythme différent, les personnes âgées ont les mêmes besoins.

Car il n’y a plus de journée fixe. Les plannings sont chamboulés. On change de rythme. On laisse les résidents vivre au jour le jour. C’est un peu plus souple. On prend plus notre temps. D’autant que l’animatrice a elle aussi choisi de rester. Donc nous maintenons les activités, ce qui nous aide grandement. Le matin, elle organise la lecture du journal. L’après-midi, ce sont des jeux de société par petits groupes.

Au niveau des repas, le déjeuner n’est plus forcément servi à midi pile. Parfois, quelques résidents viennent dans le petit salon pour manger. Ce sont ceux qui ont le plus d’autonomie. En revanche, ceux qui veulent prendre leurs repas dans leur chambre le peuvent. Ce qui est quand même la grande majorité des cas. Sur les 59 résidents, nous n’en avons que trois ou quatre qui descendent dans la salle à manger. Ce qui signifie que le confinement n’est pas total. Les personnes âgées ont le droit de sortir de leur chambre. Dans la mesure où nous sommes confinés avec elles, nous avons décidé de leur autoriser à le faire.

« On s’enferme avec eux pour les sauver »

Nous sommes six aides-soignantes à être confinées avec les résidents. Du coup, nous avons divisé l’établissement en six parties. Nous nous occupons chacune d’une dizaine de résidents. Mais, en fin de compte, je continue à faire tout bonnement mon travail de soins. Confinement ou pas, c’est ce qu’on attend de moi. Et quand ils sont occupés avec l’animatrice, ça me permet de me reposer.

La direction nous avait indiqué sa volonté de faire en sorte que les professionnels se confinent avec les résidents pour éviter que le coronavirus n’entre dans l’établissement. Je me suis portée volontaire. J’ai accepté cette proposition et je ne la regrette pas. Personne ne le regrette, même ceux qui ont fait des sacrifices familiaux en laissant leurs enfants. C’est dur pour eux, mais ils restent. Je ne sais pas, en revanche, combien de temps nous allons continuer. Je verrai au jour le jour comment je me sens. Pour l’instant, cela se passe plutôt bien, donc je ne vois pas de raison d’arrêter. S’il faut encore durer plusieurs semaines, je suis prête.

Depuis que nous sommes avec les résidents 24 heures sur 24, je sens que cela a un effet sur eux. Je les trouve beaucoup plus posés. Une sérénité s’est installée dans l’établissement. Les personnes âgées pensent beaucoup moins au coronavirus. Je trouve que l’on gère bien la situation. En revanche, nous n’avons toujours pas de masques. Nous avons simplement des gants, du gel hydroalcoolique, des blouses… Nous continuons comme si de rien n’était. Nous sommes évidemment prudents. On se désinfecte régulièrement.

On s’enferme avec eux pour les sauver. C’est vraiment pour les protéger au maximum que nous avons décidé de nous confiner avec eux. J’espère que le coronavirus n’entrera pas dans l’établissement. Pour le moment, nous n’avons aucun cas.

Je préfère vivre ce que je vis là, dans l’Ehpad, en m’occupant des résidents, que d’être à l’extérieur. Ça me permet d’oublier un peu ce qu’il se passe. Car ce que nous entendons n’est quand même pas évident à vivre. Cela fait vingt-neuf ans que je suis dans cet Ehpad, je n’avais jamais connu une situation de la sorte. »

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format