Recevoir la newsletter

Magazine

« L’euphémisation du mal est une manière de le minimiser »

{ element.images.0.titre }}

Normalienne, agrégée et professeure de philosophie, Marylin Maeso est spécialiste de la pensée d’Albert Camus. Elle est l’autrice de La petite fabrique de l’inhumain (éd. de l’Observatoire, 2021).

Crédit photo DR
Face à la pandémie de Covid-19, les premières réactions ont été le déni et l’euphémisation. Deux phénomènes rampants qui, selon la philosophe Marylin Maeso, contribuent à déshumaniser nos sociétés et dont les effets se font sentir à de nombreux niveaux.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Actualités Sociales Hebdomadaires

Je m'abonne

Déjà abonné ?

Auteur

  • propos recueillis par Leslie Fauvel

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15