Menu
S'identifier

rapport I 06.09.2019

Propositions de la FHF pour améliorer la prise en charge des mineurs non accompagnés à l’hôpital

La Fédération hospitalière de France (FHF) formule dans un rapport une série de propositions pour améliorer « l’accueil des enfants dans l’hôpital public ». Par eux, les mineurs non accompagnées (MNA).

Auteur

  • nadia graradji (presse scriptum)

Le rapport « L’accueil des enfants à l’hôpital public » se veut autant « un guide » et « une aide pour les établissements » qu’un « outil d’interpellation des pouvoirs publics » afin d’accorder aux équipes les moyens leur permettant de mettre réellement en œuvre des actions concrètes d’amélioration de l’accueil des enfants dans les établissements publics de santé, souligne la Fédération hospitalière de France (FHF), dans un communiqué en date du 4 septembre. (1)

Concernant la coordination de la prise en charge des mineurs non accompagnés MNA, le rapport de la FHF reconnait qu’il s’agit là d’ « une problématique complexe » à laquelle les équipes soignantes et socio-éducatives des hôpitaux sont « peu préparées et habituées ».  Pourtant dans l’objectif d’une « reprise du parcours de soins » le séjour à l’hôpital doit être l’occasion d’une « évaluation globale » de la situation d’un MNA : accès à une couverture sociale, mise à l’abri, lien avec les services de protection de l’enfance...  Face à l’évolution récente du nombre de MNA, la FHF souligne donc la nécessité d’adapter les moyens de la prise en charge de ce public : permanences d’accès aux soins de santé (PASS), ressources de médiation en santé et d’interprétariat, développement des compétences et de la formation des personnels des établissements hospitaliers.

Un guide de bonnes pratiques

La Fédération propose de collaborer à l'élaboration d’un guide de bonnes pratiques sur les soins aux MNA en établissement hospitalier afin de répondre aux difficultés rencontrées par les établissements (identité, accord aux soins, modalités de sortie...). Elle rappelle que certaines des propositions établies avec Médecins du Monde, en 2014, concernant la prise en charge des personnes vulnérables « devraient s’appliquer aux enfants et en particulier à la prise en charge des MNA ».

Coordination hôpital, ASE, PJJ

Une coordination entre les acteurs (hôpital dont services PASS, l’aide sociale à l’enfance (ASE), protection judiciaire de la Jeunesse...) doit permettre « une prise en compte multidimensionnelle de sa santé (accès aux droits, dépistage, prévention, éducation à la santé, évaluation du psychotrauma) et faciliter un suivi du patient préservant des redondances globales et des ruptures de soins et améliorer les interfaces », note le rapport.  Et recommande notamment la mise en place de « formations croisées » à destination des personnels hospitaliers et des personnels socio-éducatifs, « afin d’apprendre à mieux se connaître, partager des valeurs et appréhender les contraintes et les pratiques de chacun ».


(1) Ce rapport a été élaboré avec des acteurs impliqués dans la protection et l’amélioration de l’accueil des enfants à l’hôpital : le Défenseur des Droits, l’Union nationale des associations familiales (UNAF), l’association SPARADRAP.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format