Menu
S'identifier
Professions et travail social

Joran Le Gall : « On revient à notre cœur de métier » (Association nationale des assistants de service social)


Publié le : 04.05.2020 I Dernière Mise à jour : 05.05.2020
{ element.images.0.titre }}
Joran Legall, le président de l'Anas I Crédit photo DR

Auteur

  • Brigitte Bègue

Pour Joran Le Gall, président de l’Association nationale des assistants de service social (Anas), le confinement a changé les pratiques de ces professionnels et modifié leurs relations avec les partenaires et les usagers.

Joran Le Gall est assistant social depuis six ans et président de l’Anas (Association nationale des assistants de service social). Depuis six mois, il travaille dans l'un des centres médico-psychologiques de Ville-Evrard, en Seine-Saint-Denis. Avec le confinement, il passe la moitié de son temps en télétravail, un dispositif qui, jusque-là, n’était pas très répandu dans le secteur : « Je fais beaucoup de supervision de droits afin qu’il n’y ait pas de rupture pour les gens. Je suis dans une sur-attentivité des alertes et une sur-communication, de manière à les rassurer. Je leur passe régulièrement des coups de fil et, contrairement à d’habitude, je me substitue beaucoup à eux pour remplir leur dossier. » C’est pareil pour ses collègues qui, armés d’un téléphone et d’une connexion Internet, voient leurs pratiques changer. « On est davantage dans la relation, le “prendre soin”. On revient un peu à notre cœur de métier. On nous demande moins de rendre compte et on a un peu moins de charges administratives, activité qui a explosé ces dernières années, si bien que l’on se demande parfois si on travaille pour les gens ou pour la machine. En ce moment, les choses avancent vite car on se concentre sur l’essentiel. Ce serait génial si on pouvait garder cela après », avoue Joran Le Gall. Son vœu ? La reconnaissance de l’espace relationnel comme outil d’accompagnement, chose que les professionnels ont un peu de mal à faire valoir et qui leur donne, parfois, l’impression de perdre le sens de leur métier. « On a tendance à nous évaluer sur le nombre de dispositifs que l’on a activés. Mais est-ce que l’on est un bon assistant social parce qu’on fait plus d’aides financières que ses collègues ? L’accompagnement social, c’est plus compliqué que ça. Cela passe par de la réassurance, de la confiance, et c’est là que la relation prend tout son intérêt. Quand je termine un entretien et que j’ai le sentiment que la personne va mieux alors que je n’ai pas engagé un seul dispositif, je suis content. »

Une autonomie à valoriser

L’assistant social insiste sur la grande réactivité dont ont fait preuve les professionnels pour assurer la continuité du service. Certains se sont organisés en collectifs de travail avant même de recevoir les consignes de leurs employeurs. D’autres, confinés pour raison médicale, n’ont pas rompu le lien de chez eux avec leur public. D’autres, encore, ont immédiatement cherché à savoir où en étaient les évaluations d’informations préoccupantes dans certaines familles. Il a fallu également recenser rapidement les réseaux d’aide alimentaire et les cartographier, rechercher des solutions pour les personnes en détresse... Cette autonomie, ce sens des responsabilités et ce savoir-faire, Joran Le Gall aimerait les voir mieux valorisés en temps ordinaire : « Avant le Covid-19, on était un peu dans une reprise en main de l’institution sur ce que devait être le travail social. Là, les assistants sociaux ont repris la main et, globalement, les employeurs ont répondu présents, ils nous on fait confiance. » Les financeurs et les partenaires institutionnels tels que les caisses d’allocations familiales, les maisons départementales des personnes handicapées ou les caisses primaires d’assurance maladie semblent jouer le jeu et être moins formalistes. « Pour aller au plus pressé, les procédures sont un peu allégées. L’envoi de justificatifs à fournir est simplifié, par exemple, le contenu des conventions moins exigeant… Il y a plus de bienveillance, nos partenaires savent que ce qu’ils font est très utile pour les bénéficiaires », reconnaît le président de l’Anas. Il souligne aussi la qualité des échanges entre collègues. Faute de proximité physique, les contacts se font surtout par mails : « Ils ont le souci d’adapter leurs pratiques et requièrent les retours d’expérience des autres. Les collègues osent se confier, dire leurs difficultés ou leurs réussites. On n’avait pas trop l’habitude de ça. Dans ce contexte complexe pour tout le monde, on a moins peur d’exprimer nos doutes et d’être jugés par la hiérarchie. » Les lignes bougent aussi du côté des usagers : « Ils font attention à nous, nous demandent comment on va. Il y a un vrai souci de l’autre. Ça nous touche car, en tant que professionnels, on se doit de se montrer forts habituellement. Du coup, cela nous amène à nous interroger sur “comment on va”. C’est très étonnant », pointe Joran Le Gall. Pour autant, il le sait, la misère ne va pas disparaître après le coronavirus. Elle existait avant, elle existera après. La crise sanitaire a juste contribué, selon lui, à la « visibiliser ». Aussi ne comprend-il toujours pas que le travail des assistants sociaux – et des travailleurs sociaux en général – ne soit pas davantage reconnu. Mais il a la réponse : « L’invisibilité des professionnels est corrélée à l’invisibilité des personnes dont ils s’occupent, et les plus démunis n’intéressent pas grand monde. » Néanmoins, il en est certain : « Des petites graines ont été semées durant le confinement et feront histoire. »

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format