Recevoir la newsletter

Magazine

Briser l’omerta dans les familles aisées

Basée à Puteaux (Hauts-de-Seine), SOS Violenfance entend depuis plus d’un an venir en aide aux personnes victimes d’inceste dans les milieux favorisés. Selon sa fondatrice, Kathya de Brinon, la parole est souvent plus compliquée à libérer au sein de ces familles qui abritent des carrières publiques.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Actualités Sociales Hebdomadaires

Je m'abonne

Déjà abonné ?

Auteur

  • M. N.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15