Recevoir la newsletter

Magazine

Les conséquences de la surpopulation

Si la crise sanitaire a permis de prouver qu’il était possible de désengorger les prisons, la machine s’est vite remise en marche et la France va passer ce mois-ci la barre des 70 000 détenus dans les maisons d’arrêt et quartiers maisons d’arrêt, des structures normalement prévues pour 62 000 personnes environ. Une situation qui influe sur la prise en charge médicale des détenus en plus de compliquer le travail des services pénitentiaires d’insertion et de probation.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Actualités Sociales Hebdomadaires

Je m'abonne

Déjà abonné ?

Auteur

  • Garlonn de Maistre

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15