Recevoir la newsletter

« L’obligation d’essayer d’aider l’autre. Pas celle de réussir »

Article réservé aux abonnés

Initialement, Charline Olivier voulait sauver le monde. Elle est pour cela devenue assistante sociale. Elle sait désormais qu’elle ne peut aller vers l’autre que si celui-ci le souhaite. Aider est à chaque fois une rencontre.
Que signifie la notion d’aide pour l’assistante sociale que vous êtes ?Aider quelqu’un, c’est lui apporter un soulagement. Je ne vous aurais pas répondu ainsi il y a vingt ans. Pour moi, à l’époque, aider une personne, c’était apporter une solution à ses problèmes. J’avais envie à la place de l’autre. Ce malentendu s’est enkysté au début de ma vie professionnelle, en générant de la culpabilité : « Vous ne m’aidez pas, vous ne me servez à rien ! », me lançait-on parfois. Avec l’expérience vient l’humilité. On ne peut pas se substituer à quelqu’un d’autre. Les choses peuvent paraître évidentes sans l’être pour autant. Ce n’est pas parce qu’une réponse semble judicieuse qu’elle l’est. Il n’est pas question de réparer mais de laisser entrevoir une petite lumière au bout du tunnel. J’explique aux gens que, de cette lumière, ils feront ce qu’ils voudront. Du coup, cela les apaise car ils ne se retrouvent pas face à une injonction…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

L’événement

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client 01.40.05.23.15

par mail

Recruteurs

Rendez-vous sur votre espace recruteur.

Espace recruteur