Recevoir la newsletter

Magazine

Le ministre, le complot et le système

Les réseaux sociaux ne sont jamais avares de leçons. La rédaction des ASH l’a encore mesuré à l’occasion de la publication d’une interview d’Adrien Taquet. Au cours d’un entretien fleuve, le secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles a dressé un bilan de son action au gouvernement et balisé ses travaux d’ici à la fin du quinquennat. Interrogé sur la libération de la parole des victimes d’inceste, il n’a pas cherché à jouer sur les mots, affirmant sans détour que cette domination renvoyait au « patriarcat et à une vision patrimoniale de l’enfant ». Partagé sur Twitter, cet article a suscité des réactions – comment les qualifier ? – diverses. @Ariane58976813 reproche à Adrien Taquet de dénigrer l’ordre social établi, car « l’inceste renvoie à l’absence de LIMITES. L’exact inverse du patriarcat qui LUI en impose. » Lenny, sous le matricule @windblowser, l’accuse de « récupération idéologique à partir » de ce crime.

Ces éruptions numériques en disent beaucoup sur notre époque. Elles démontrent d’abord que le temps d’attention nécessaire à la lecture et à la compréhension d’un entretien long et technique n’est plus à la portée du premier internaute venu. C’est à déplorer. A l’évidence, les twittos précités n’ont pas pris connaissance des propos du secrétaire d’Etat.

Ils mettent aussi en lumière une tendance lourde à laquelle nous sommes désormais confrontés : celle du complotisme. Car à prêter trop de pouvoir et de duplicité à quelques individus, même pensionnaires du gouvernement d’Emmanuel Macron, on en vient à se masquer la réalité. Cela nous oblige à méditer les mots d’Anthony Galluzzo. Ce maître de conférences en sciences sociales de Saint-Etienne écrivait avec justesseque « cette approche, a priori critique, contribue en réalité à propager une vision de l’histoire dénuée de charge politique : le problème tiendrait à l’action d’individus malfaisants et non de structures mal façonnées » (Le Monde diplomatique, janvier 2021). On ne saurait mieux dire.

Il est évidemment possible d’approuver ou de réprouver les propos d’Adrien Taquet. Mais en cherchant à démasquer, en vain, des intentions cachées, on s’éloigne mécaniquement d’une critique à la portée tangible. La reconstruction d’un rapport de force politique aura un coût : celui de notre capacité à percevoir le réel et l’action publique pour ce qu’ils sont. Et non pour ce qu’ils devraient être. Ou de ce que l’on imagine qu’ils puissent poursuivre comme sombres desseins.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15