Recevoir la newsletter

Magazine

Nous ne pouvons plus nous permettre d’agir de façon « artisanale »

Pour lutter efficacement contre la pauvreté, les associations doivent œuvrer à leur réorganisation, qui implique parfois des fusions. Et mutualiser, y compris avec le secteur privé lucratif, les compétences et expertises, estime Arthur Anane, directeur général d’Equalis et président de la FAS Ile-de-France.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Actualités Sociales Hebdomadaires

Je m'abonne

Déjà abonné ?

Auteur

  • Arthur Anane

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15