Recevoir la newsletter

Magazine

Légitimité et taux de rentabilité

C’était le 13 avril dernier. En plein confinement, lors d’une allocution télévisée regardée par plus de 33 millions de Français (un record), Emmanuel Macron déclarait : « Sachons sortir des sentiers battus, des idéologies, et nous réinventer. Moi le premier. » Tous les analystes politiques de la place de Paris y ont immédiatement vu le signe d’une autocritique ; les mêmes prédisant aussitôt la fin des réformes de l’assurance chômage et du régime des retraites, qui ont suscité une contestation massive ces derniers mois.

A l’ombre du Covid-19, il s’agissait de restaurer l’Etat-providence et de refonder notre contrat social autour des valeurs du « care », une philosophie du « prendre soin » pourtant moquée une décennie durant.

Alors que la menace pandémique s’étiole, ces élans keynésiens semblent déjà appartenir aux péripéties de l’histoire. La réforme de notre système de pensions par répartition ? Le projet n’est pas totalement écarté. De même pour celle de l’indemnisation des chômeurs. Qu’en sera-t-il des contrats à impact social (CIS), auxquels les ASH consacrent cette semaine un dossier complet ? Ces CIS autorisent des investisseurs privés à financer des projets sociaux contre rémunération en cas d’atteinte d’objectifs fixés au préalable. Des taux de rentabilité qui peuvent atteindre 6 % par an et sont évidemment garantis par l’Etat ou des collectivités territoriales.

Une généralisation de ce type de contrat poserait une triple question de légitimité. Primo, les investisseurs privés ont-ils vocation à se substituer à l’Etat dès lors qu’il s’agit de prendre en charge des populations en difficulté ? Il existe un risque de ne choisir que les secteurs les plus « bankables », au détriment de ceux où aucun progrès n’est possible. Secundo, les acteurs du privé sont-ils plus à même de répondre aux besoins de ces publics, alors même que ce n’est pas le cœur de leur métier ?

Enfin, se pose LA question morale : des banques ou de grands investisseurs, qui déploient de très sophistiquées stratégies d’optimisation fiscale, peuvent-ils prétendre à gagner encore plus en investissant dans des projets où l’argent de l’impôt fait cruellement défaut ?

La nature des réponses à ces trois interrogations revêtira une dimension symbolique, dont nous pourrons déduire le projet de société que nous propose désormais le chef de l’Etat.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Abonné

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Pas d'identifiants ?

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?
Contactez le service client : par mail Par téléphone : 01.40.05.23.15