Recevoir la newsletter

Les morts de trop

Article réservé aux abonnés

« On m’a retiré ma passion. » Philippe Toulouse est devenu éducateur spécialisé pour s’occuper des gens de la rue. Fan de Coluche et de ses Restos du cœur, sa famille a longtemps travaillé dans les chantiers navals à Dunkerque (Nord) avant qu’ils ferment et que certains de ses proches ne se retrouvent au chômage. Alors la misère sociale, il connaît. Mais pas question de la gérer, il veut la combattre. D’autant qu’elle a augmenté et que les gens de la rue ne sont plus tout à fait les mêmes qu’il y a vingt ans, à ses débuts. « Aujourd’hui, dans la rue, il y a plus de jeunes diplômés, de retraités, de salariés précaires, de migrants, plus de femmes… », souligne celui qui, un jour, n’a plus supporté de voir les sans-abri mourir dehors, en toute indifférence. Fort de son expertise, il nourrit un projet : créer une maison pour ces invisibles, afin que ceux-ci bénéficient d’un logement adapté et puissent venir avec leur animal, par exemple, ce qui n’est pas le cas dans les hébergements d’urgence. Naïvement, il parle de son idée aux responsables de l’association qui le salarie et qui compte 300 employés. Ne rencontrant pas d’écho, il interpelle publiquement les élus locaux. Là encore, sans…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

À lire aussi

Culture pro

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client 01.40.05.23.15

par mail

Recruteurs

Rendez-vous sur votre espace recruteur.

Espace recruteur