Recevoir la newsletter

Surpopulation : la France épinglée

Article réservé aux abonnés

À la suite des requêtes individuelles de 32 détenus, un arrêt du 30 janvier de la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France pour « traitements inhumains et dégradants ». Six prisons sont concernées : Fresnes, Nîmes, Nice et trois autres d’outre-mer. Le surpeuplement carcéral dans l’Hexagone relève de « l’existence d’un problème structurel », estiment les juges, et exige donc une réponse globale, le nombre de détenus étant passé de 48 000 en 2001 à 78 000 fin 2019. Outre les taux d’occupation élevés qui contraignent les détenus à cohabiter à trois ou quatre dans des cellules prévues pour un ou deux, s’ajoutent la présence de rats, les piqûres de punaises, les cafards, le manque de chauffage l’hiver, les canalisations qui fuient, les mauvaises odeurs…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Panorama de l’actualité

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client 01.40.05.23.15

par mail

Recruteurs

Rendez-vous sur votre espace recruteur.

Espace recruteur