Recevoir la newsletter

Pour un véritable service public de la rue au logement

Article réservé aux abonnés

En septembre 2019, un acte II du dispositif « Logement d’abord » était lancé par Julien Denormandie. Le ministre chargé du dossier veut mettre en place un « service public de la rue au logement ». Pour Florent Gueguen, cette intention louable intervient dans un contexte de crise de l’hébergement et d’augmentation du nombre de personnes sans domicile fixe. Il place l’Etat face à ses contradictions.
« À Paris, en novembre dernier, 700 enfants en famille sollicitaient chaque jour un hébergement sans obtenir de solution. Près de 20 000 enfants sont déjà hébergés à l’hôtel dans des conditions très précaires. Une situation dramatique qui s’explique par le caractère inflationniste des loyers dans les métropoles, l’augmentation des expulsions locatives (36 000 personnes expulsées avec le concours de la police en 2018) et surtout la pénurie de places d’accueil dédiées aux demandeurs d’asile et réfugiés.Pourtant, le budget de l’Etat dédié à l’hébergement continue de croître, pour atteindre 2 milliards d’euros en 2020 et financer 150 000 places. Mais cette progression bénéficie essentiellement au financement de chambres d’hôtels et de places d’hébergement…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Tribune

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client 01.40.05.23.15

par mail

Recruteurs

Rendez-vous sur votre espace recruteur.

Espace recruteur