Menu
S'identifier
Culture pro

Roman-photo - Les gens de Denain


Publié le : 05.04.2019 I Dernière Mise à jour : 05.04.2019

Auteur

  • Brigitte Bègue

Loin des « premiers de cordée », voici la France des pauvres. Pendant deux ans, le photographe Vincent Jarousseau s’est installé à Denain, une petite ville du nord de la France sinistrée par le chômage, pour suivre le quotidien de ses habitants. De ces rencontres, il a tiré un roman-photo comme on n’a plus l’habitude d’en voir, qui donne la parole à huit familles, une par chapitre. Elles racontent qu’ici, du travail, il y en avait pour tout le monde avant, du temps où le bassin minier était prospère et où Usinor produisait de l’acier. Il y a Loïc, en contrat d’insertion, qui a quitté son précédent emploi car les heures supplémentaires ne lui étaient pas payées. Ou Guillaume, Aline et leurs quatre enfants, qui, avec 1 100 € net mensuels, se débrouillent pour survivre au jour le jour depuis des années en épluchant le catalogue des promotions dans les supermarchés. Mickaël, lui, est routier et parcourt 700 km entre la France et l’Allemagne toutes les nuits. Avec Martine, sa femme, il a acheté une caravane sur Le Bon coin pour passer des vacances près de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), à une heure et demie de son domicile… Mais le luxe, pour son épouse, ce serait de s’offrir un voyage organisé d’une semaine où il n’y aurait rien à faire, ni ménage, ni cuisine. « A Denain, j’ai rencontré des gens travailleurs, prêts à parcourir parfois des centaines de kilomètres pour subvenir à leurs besoins, d’autres qui font face avec leurs maigres moyens à une vie de plus en plus difficile, à un avenir de plus en plus incertain. Ce qui m’a frappé, c’est de voir à quel point certaines personnes sont prêtes à tout accepter pour travailler. Comment ne pas s’interroger sur le poids du discours sur la volonté individuelle comme unique moteur de nos volontés et de nos possibilités à court terme », écrit l’auteur à la fin de cet album sur celles et ceux qui sont relégués en bas de l’échelle sociale et qui disent, comme Christian, que « la liberté, c’est pour les riches ».

Notes

« Les racines de la colère » – Vincent Jarousseau – Ed. Les Arènes, 22 €.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format