Recevoir la newsletter

Magazine

« Le bac pro a moins un problème d’image que de lisibilité »

Créé en 1985, le baccalauréat professionnel a remplacé les BEP et une partie des CAP. Si cette filière a permis d’améliorer la qualification de centaines de milliers de jeunes, parfois en leur donnant accès aux études supérieures, elle reste aussi pour beaucoup une voie sans issue. L’analyse du sociologue Emmanuel Sulzer, qui a piloté une publication du Céreq sur le sujet.
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Actualités Sociales Hebdomadaires

Je m'abonne

Déjà abonné ?

Auteur

  • Emmanuel Sulzer

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15