Recevoir la newsletter

Réactions de la CFDT-Santé sociaux à la loi de cohésion sociale

Article réservé aux abonnés

« Ce texte est pavé de bonnes intentions mais on ne voit pas beaucoup de moyens derrière  », estime la Fédération CFDT-Santé sociaux (1), réagissant après d'autres (2) à l'avant-projet de loi de cohésion sociale. Le syndicat s'inquiète, notamment, de l'absence de liaison entre le dispositif de lutte contre l'exclusion, placé sous l'autorité conjointe du préfet et du président de conseil général, et la nouvelle organisation sanitaire, gérée par les agences régionales de l'hospitalisation. «  Il faut que les deux systèmes soient pilotés par la même personne. Autrement, ça ne fonctionnera pas réellement », souligne François Chérèque, secrétaire général de la fédération. De même, pour lui, il est nécessaire d'établir un lien entre la future loi de cohésion sociale et la loi de 1975 sur les établissements sociaux et médico-sociaux, elle-même en cours de révision (3). Par ailleurs, la CFDT-Santé sociaux critique le principe du contrat d'initiative locale, qu'elle considère comme une forme de pérennisation des CES. «  Il y a déjà une dérive énorme concernant les CES qui représentent 8 % du personnel des hôpitaux, soit environ 50 000 personnes », proteste-t-elle, jugeant en revanche «  plutôt…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

LE SOCIAL EN ACTION

S'abonner
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client 01.40.05.23.15

par mail

Recruteurs

Rendez-vous sur votre espace recruteur.

Espace recruteur