Menu
S'identifier

immigration I 04.11.2019

Des associations dénoncent un arrêté incitant « à la haine » envers les migrants à Calais

Une vingtaine d'associations et collectifs d'aide aux migrants ont dénoncé, le 31 octobre, dans un communiqué commun, un arrêté pris par la ville de Calais visant à interdire aux réfugiés de se rendre dans le centre-ville.

Auteur

  • nadia graradji (presse scriptum)

La maire de Calais, Natacha Bouchart (LR) a pris, le 18 octobre, un arrêté municipal - qui court jusqu'au 6 janvier 2020 - stipulant que « sauf autorisation particulière, sont interdites toutes occupations abusives, prolongées et répétées du centre-ville de Calais ». L’édile justifie cette décision par « les troubles à l'ordre public (...) générés par les attroupements de migrants » avec « amoncellements de déchets, déjections humaines, présence de rats, rixes, etc.… » et affirme que la distribution de repas assurée par l'Etat depuis 2018 « a toujours répondu aux besoins ». Et l’arrêté municipal de poursuivre : « En raison de la richesse de la programmation culturelle, sportive et touristique de ces prochaines semaines (...) les familles et les touristes sont attendus en masse et les troubles générés par la présence de migrants risquent de fragiliser la bonne organisation de ces événements d'une part, mais surtout de porter atteinte à la sécurité de ces familles et de ces touristes d'autre part ».

« Une exclusion spatiale »

Les associations considèrent que ces propos sont « stigmatisants et dangereux » et qu’ils « créent une catégorie "migrants" qui serait composée de personnes violentes ("atteinte à la sécurité" ) et sales ( "présence de rats" ), utilisée pour invisibiliser une fois de plus ces personnes dont la simple présence est considérée comme agressive ». « Cet arrêté ajoute à l'exclusion sociale de ces personnes vulnérables une exclusion spatiale qui contribue à créer un clivage entre les personnes vivant à Calais », critiquent les signataires.

Plusieurs associations ont affirmé leur intention de contester l’arrêté en justice, auprès du tribunal de Lille.


Les signataires : ACCMV (Association minorités visibles et de la solidarité), L’Auberge des Migrants, La Cabane Juridique / Legal Shelter, Le Cercle de Silence Hazebrouck, La Cimade Nord Picardie, Collective aide, DROP Solidarité, Eux C’est Nous, La Fondation d’Abbé Pierre, Flandre Terre Solidaire (FTS), Help Refugees, Human Rights Observers (HRO), Médecins Du Monde, Migraction 59, collectif d ‘ hébergeurs citoyens et solidaires du Nord et Pas de calais, MRAP – Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, La Pastorale des Migrants du diocèse d’Arras, Refugee Info Bus, Refugee Women’s Centre, Refugee Youth Service, Salam Nord / Pas-de-Calais, Secours Catholique – Caritas France, délégation Pas-de-Calais (SCCF), Terre d’Errance Steenvoorde, Utopia 56.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format