Menu
S'identifier
Établissements et services

Coronavirus : la crise sanitaire pose de nouveaux enjeux éthiques aux travailleurs médico-sociaux


Publié le : 14.04.2020 I Dernière Mise à jour : 16.04.2020
{ element.images.0.titre }}
Photo d'illustration I Crédit photo Pixabay

Auteur

  • Sophie Massieu

Confronté par la crise sanitaire à l'urgence et à des questionnements inédits, le secteur médico-social sollicite davantage des comités éthiques. A l’image de Ladapt, qui débute une collaboration avec le Centre éthique clinique de l’AP-HP.

Une aide à la prise de décision. Voilà un besoin que la crise sanitaire renforce pour de nombreux établissements, services et associations du médico-social. Ceux-ci aspirent à ce que la rapidité et l’urgence n’altèrent pas le respect des grands principes éthiques. Certains se tournent alors vers des spécialistes de cette dimension. Par exemple, le Centre éthique clinique (CEC) de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP).

Son directeur, Nicolas Foureur, par ailleurs dermatologue, note : « Il n’y a pas de boom des sollicitations. Les structures s’organisent et manquent de temps pour approfondir le sujet. Nous avions déjà des contacts réguliers avec les Ehpad. Ce qui semble plus nouveau, ce sont les sollicitations émanant du secteur du handicap. » Associations ainsi que proches et patients peuvent solliciter les sociologues, philosophes, juristes et médecins du CEC pour réfléchir à des cas individuels, mais aussi à des enjeux plus généraux.

« Utiles et rapides »

Pour répondre, hors temps de crise sanitaire, aux problématiques qui leur sont soumises, ces membres se déplacent à la rencontre des proches, patients et professionnels, au minimum en binôme (dont un médecin). « Aujourd’hui, nous devons être utiles, et rapides », explique Nicolas Foureur. Aussi le CEC a-t-il mis en place une permanence téléphonique. Les appels sont traités par des binômes. Avant de transmettre leur avis, les écoutants se font relire par d’autres membres du groupe, qui réagissent à distance, par mail ou téléphone.

Quelles sont les demandes actuellement adressées à cette équipe pluridisciplinaire ?  Elles portent d’abord sur les réorganisations des structures imposées par la crise sanitaire. Il peut s'agir de questionnements autour de la meilleure façon de poursuivre l’accompagnement à domicile lorsque l’établissement a fermé ou, à l'inverse, d'une interrogation sur la façon d’accueillir des personnes extérieures à la structure qui ne serait pas fermée – pour offrir, par exemple, des temps de répit aux aidants familiaux.

Le spectre de la contamination

Les risques de contamination des usagers par les professionnels, ou inversement, représentent un autre sujet majeur de préoccupation. Des enjeux auxquels, note Nicolas Foureur, le secteur médico-social est habituellement bien moins confronté que le sanitaire.

Enfin, le degré de médicalisation apparaît, lui aussi, au centre des préoccupations. Certaines structures réfléchissent à la façon d’anticiper de possibles choix délicats à opérer, en recueillant en amont les volontés des personnes. Et ce, pour éviter par exemple l’obstination déraisonnable, qui, estime Nicolas Foureur, ne doit pas être renforcée par la crise : « Parfois, je propose de comparer le questionnement actuel de la personne qui m’appelle avec un questionnement qui serait habituel. Cela peut suffire à prendre une décision. »

Ladapt, association qui accompagne de nombreuses personnes handicapées, particulièrement en matière d’emploi, a sollicité le CEC juste avant la crise sanitaire. Selon Anne Testa, directrice associative et du développement, l'objectif consiste à « bien identifier les fondamentaux en éthique, une réflexion concertée, réfléchie, collégiale. Nous conservons notre pouvoir de décision, mais elle pourra être éclairée par le CEC, qui nous apporte un regard croisé et complémentaire. »

Une bonne habitude à prendre, selon elle, qui aimerait qu’au lendemain de cette crise, les établissements et services médico-sociaux conservent une ouverture actuellement plus classique pour le secteur sanitaire aux structures qui, comme le Centre éthique clinique de l’AP-HP, peuvent leur donner un avis en matière d’éthique.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?


Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15
Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format